03.01.2012 - Article
  • Environnement

A condensation ou basse température : 2 chaudières intelligentes !

Devant la multiplication des offres de chauffage et devant la nécessité vitale d’économiser l’énergie, la technologie n’a cessé de progresser.

Il ne s’agit pas ici de faire un cours de technologie appliquée, mais de décrire dans les grandes lignes le fonctionnement de deux types de chaudières, à condensation et à basse température, avec leurs qualités respectives.

La chaudière à condensation :

Fonctionnement d’une chaudière à condensation :
La chaudière récupère de la chaleur dite latente contenue dans les produits de combustion du gaz naturel (vapeur d’eau). La vapeur d’eau traverse un échangeur qui va transmettre la chaleur au circuit d’eau chaude de l’habitation. Ce système permet d’augmenter le rendement de 20% par rapport à une chaudière standard.

Avantages de la chaudière à condensation :
Elle permet d’effectuer 30% d’économie par rapport à une chaudière de plus de 15 ans, de 15 à 20% par rapport à une chaudière standard récente et 5% par rapport à une chaudière basse température.
La chaudière à condensation est très respectueuse de l’environnement.

Prix d’une chaudière à condensation
C’est le haut de gamme des technologies actuelles néanmoins elle permet de bénéficier du crédit d’impôt*.

Pour son installation par un professionnel, vous bénéficiez sous certaines conditions (1) de crédit d’impôt (hors main d’œuvre).

La chaudière basse température :

(Source : www.encyclopedie-gratuite.fr/ecologie/pratique/chaudiere-basse-temperature.php)

D’une technologie différente, elle permet elle aussi de réaliser des économies substantielles à l’utilisation.

Fonctionnement d’une chaudière basse température :
Les anciennes chaudières chauffent l’eau du réseau de chauffage à une température de 90°C. Cette nouvelle génération de chaudière basse température permet de chauffer l’eau à seulement 50°C.
Les brûleurs fonctionnent de façon variable, permettant une économie d’énergie certaine.

Avantages de la chaudière basse température :
Comme la chaudière à condensation, elle permet de réaliser une économie de 30% par rapport à une chaudière de plus de 15 ans. En revanche l’économie n’est que de 12 à 15% par rapport à une chaudière récente.

Prix d’une chaudière basse température :
Un peu plus chère que la chaudière traditionnelle et un peu moins que la chaudière à condensation, le prix peut varier du simple au double selon la marque. Il est donc indispensable de faire réaliser plusieurs devis par différents professionnels, et de choisir le bon dimensionnement en fonction de la surface à chauffer. En lui confiant les travaux d’installation, vous pourrez là aussi bénéficier d’un crédit d’impôt*.
L’essentiel reste de bien comparer les deux technologies en fonction de son besoin.

Mais avant tout, Ista recommande d’aborder la question du chauffage avec un principe simple : « l’énergie la moins chère est celle que l’on ne consomme pas ».
Avant donc d’engager des travaux de rénovation importants, qui seront inéluctablement nécessaires mais représentent des investissements lourds et parfois compliqués à financer, il est indispensable et prioritaire de se pencher sur les deux leviers susceptibles de générer plus de  20% d’économie sans grand investissement :
L’optimisation du contrat d’exploitation de la chaufferie collective
La sensibilisation de chacun (copropriétaires ou locataires) sur sa propre consommation, grâce à l’individualisation des charges de chauffage.
Le premier levier doit absolument faire l’objet d’une analyse détaillée par un œil averti car le sujet est complexe. Qu’on en juge: tarif réglementé de référence, dates du tarif été/hiver, montant de l’abonnement fixe, modalité et périmètre d’application de la TVA à taux réduit, mesure des kwh consommés par l’ECS, montant du forfait cible de la partie P1 du contrat, DJU de référence, consignes de température en chaufferie, etc….. sont autant de paramètres d’un contrat dans lesquels le diable se cache souvent et augmente sans raison la facture de chauffage à payer. L’expertise du Groupe Ista peut être proposée pour auditer votre contrat de chauffage mais aussi votre système de chauffage (heating cardiogram®).

Le deuxième levier est tout aussi important, mais lui est particulièrement simple à mettre en œuvre : individualiser les charges de chauffage c’est donner l’opportunité à chacun de ne payer que ce qu’il consomme. Compter la consommation réelle de chacun, c’est avant tout inscrit comme une obligation dans la Loi depuis 1974. C’est évidemment faire preuve d’équité au sein d’une copropriété, mais c’est aussi le moyen le plus rapide et le plus simple pour que la copropriété réalise a minima 15% d’économie, simplement grâce à la prise de conscience engendrée chez chacun par la connaissance de sa consommation réelle.
Ista, leader en Europe de l’individualisation des charges de chauffage, gère ainsi plus de dix millions de logements et recommande d’accroître le confort de chacun ainsi que  les économies engendrées, grâce à l’installation simultanée de robinets thermostatiques.
Pour en savoir plus sur l’individualisation des charges de chauffage, rendez vous sur www.ista.fr

* Les crédits d’impôts et les certificats d’économie d’énergie, bientôt sur notre blog.
(1) sous conditions définies par la Loi de finances en vigueur

Vous aimez cet article J’aime cet article
Retour au sommaire

En savoir plus sur les sujets abordés.

  • Environnement
18.12.2020 - Article

Mode de calcul des frais de chauffage dans une copropriété

Éliminons d’emblée le cas des immeubles collectifs chauffés individuellement, ainsi que l’ensemble des immeubles qui ne sont pas concernés par l’individualisation des frais de chauffage. Dans ce cas, chacun a souscrit un abonnement direct auprès du fournisseur de gaz ou de fioul de son choix (Gaz de France par exemple), et reçoit donc directement sa facture individuelle.
La sensibilisation sur la consommation se fait donc a postériori lorsque la facture exige un paiement… C’est souvent trop tard. 

  • Environnement
17.12.2020 - Article

Combien coûte votre production d’Eau Chaude Sanitaire (ECS) ?

En théorie, rien de plus facile de calculer ce que coûte la production d’un m3 d’eau chaude. Quelle est la quantité d’énergie nécessaire pour élever un litre d’eau d’un degré ? La réponse que tout élève de première connaît est qu’il faut 1,162 Wattheure. Pour chauffer un m3 d’eau de 15°C à 40°C (qui est la moyenne de la température de l’ECS), il faut donc en théorie dépenser 1,162 x28°Cx 1000 = 32,5 kWh. Soit ! Mais quel en est le coût ? C’est là que tout se complique !

  • Environnement
  • Pouvoir d'achat

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER

La version de votre navigateur internet est obsolète

Afin d'utiliser notre site sans problème, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur. Vous trouverez plus d'informations sur le site web de votre navigateur: Mozilla Firefox

La version de votre navigateur internet est obsolète

Afin d'utiliser notre site sans problème, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur. Vous trouverez plus d'informations sur le site web de votre navigateur: Microsoft Internet Explorer

* Champs obligatoires.