05.01.2019 - Article
  • Environnement

Quels gains avec l’individualisation ?

En France, pour ce qui concerne le comptage individuel, les occupants des immeubles collectifs (copropriété ou habitat social) bénéficient aujourd’hui d’un recul de plusieurs décennies. Cette expérience leur permet de se féliciter des gains que procure l’individualisation des charges.

L’individualisation de l’eau chaude sanitaire a été rendue obligatoire dès le premier choc pétrolier en 1974. Aujourd’hui 85% des immeubles dont l’ECS est collective sont équipés de compteurs divisionnaires.

Pour l’Eau froide, commodité qui donne le sentiment (hélas faux) qu’aucune dépense d’énergie n’y est attachée, l’obligation de l’individualisation n’est arrivée que plus tardivement : tous les immeubles dont le permis de construire est postérieur à 2006 ont du individualiser le comptage de l’eau froide aussi. Cette obligation n’a fait que conforter une pratique déjà très éprouvée. On estime qu’environ 70% des immeubles collectifs sont ainsi équipés de compteurs individuels d’eau froide.

Le premier gain constaté depuis des décennies est celui de l’équité. Dans les immeubles équipés, chacun ne paie que ce qu’il consomme et ainsi chacun est incité à améliorer ses propres habitudes de consommation. Plus personne ne supporte le gaspillage éventuel de son voisin. Ce principe a tendance à faire disparaître le laxisme. Le constat est sans appel : les relations au sein des immeubles se sont décrispées.

Le deuxième gain est économique. Sans l’aide d’aucun service complémentaire, le fait d’être responsable de sa propre consommation incite aux économies. L’Association nationale Apogée, spécialiste des charges dans l’immobilier, constate une diminution moyenne des immeubles équipés de 10%.

Mais ce n’est qu’un point de départ. Compte tenu des équipements technologiques actuels (compteurs communicants), de nouveaux services sont disponibles, qui permettent d’accroître ce gain économique jusqu’à 25%. Relève mensuelle des index, détection de fuites, alertes sur les anomalies de consommation, surveillance du compteur général par rapport aux compteurs divisionnaires. Autant de risques de surconsommation qui sont automatiquement traqués par les systèmes experts de votre prestataire de comptage.

Le même principe s’applique au comptage de la chaleur. L’installation de répartiteurs de frais de chauffage associés aux Robinets thermostatiques fait gagner 15% par simple modification des comportements. Dès lors qu’on met en place un service additif d’aide à la maîtrise des consommations, de surveillance individualisée par radiateur, de relèves multiples durant la saison de chauffe, la baisse de consommation ira jusqu’à 25%.

Certains ménages en profitent plus que les autres, car leur attitude de consommation aura été plus économe. On a en effet constaté que dans un même immeuble, pour des logements identiques et dont l’exposition est similaire, la consommation de chauffage peut varier entre deux extrêmes distants d’un rapport de 1 à 7 !

C’est donc sans appel : l’individualisation des charges d’eau et de chauffage engendre des gains importants, dont le premier est sans doute la sérénité au sein des assemblées générales, indispensable pour espérer faire voter les investissements de rénovation.

Vous aimez cet article J’aime cet article
Retour au sommaire

En savoir plus sur les sujets abordés.

  • Environnement
18.12.2020 - Article

Mode de calcul des frais de chauffage dans une copropriété

Éliminons d’emblée le cas des immeubles collectifs chauffés individuellement, ainsi que l’ensemble des immeubles qui ne sont pas concernés par l’individualisation des frais de chauffage. Dans ce cas, chacun a souscrit un abonnement direct auprès du fournisseur de gaz ou de fioul de son choix (Gaz de France par exemple), et reçoit donc directement sa facture individuelle.
La sensibilisation sur la consommation se fait donc a postériori lorsque la facture exige un paiement… C’est souvent trop tard. 

  • Environnement
17.12.2020 - Article

Combien coûte votre production d’Eau Chaude Sanitaire (ECS) ?

En théorie, rien de plus facile de calculer ce que coûte la production d’un m3 d’eau chaude. Quelle est la quantité d’énergie nécessaire pour élever un litre d’eau d’un degré ? La réponse que tout élève de première connaît est qu’il faut 1,162 Wattheure. Pour chauffer un m3 d’eau de 15°C à 40°C (qui est la moyenne de la température de l’ECS), il faut donc en théorie dépenser 1,162 x28°Cx 1000 = 32,5 kWh. Soit ! Mais quel en est le coût ? C’est là que tout se complique !

  • Environnement
  • Pouvoir d'achat

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER

La version de votre navigateur internet est obsolète

Afin d'utiliser notre site sans problème, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur. Vous trouverez plus d'informations sur le site web de votre navigateur: Mozilla Firefox

La version de votre navigateur internet est obsolète

Afin d'utiliser notre site sans problème, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur. Vous trouverez plus d'informations sur le site web de votre navigateur: Microsoft Internet Explorer

* Champs obligatoires.