14.09.2012 - Article
  • Environnement

Vous avez dit valeur verte ?

C’est quoi au juste cette valeur verte dont on parle de plus en plus ? Comme souvent, cette notion a commencé à apparaitre à l’étranger, dans des pays réellement soucieux de l’environnement depuis plus longtemps que la France. L’émergence des labels environnementaux qui sont utilisés dans les programmes de bâtiments tertiaires, tels que HQE, HPE, BBC etc….a fait apparaître une segmentation des marchés immobiliers en deux : les patrimoines verts et les autres.

L’impact des labels environnementaux

C’est probablement en Suisse que tout a commencé avec l’impact du label Minergie sur le prix de l’immobilier tertiaire. Des études ont ensuite confirmé, notamment aux USA et au Quebec, que les labels environnementaux (Novoclimat ou Rénoclimat par exemple) créait un différentiel de valeur pour les bâtiments qui les respectent. Ce différentiel par rapport au parc existant atteindrait en moyenne 15% sur la valeur locative ou à la revente. En effet ces pays bénéficient d’un recul d’une dizaine d’année, depuis que ces labels verts sont exigés. L’augmentation du prix des énergies depuis une décennie a fait le reste. La garantie que le bâtiment sera économe en énergie vient impacter son cout complet incluant le cout de construction et le cout d’utilisation. C’est devenu un argument commercial auquel les sociétés sont évidemment sensibles au moment de louer leurs bureaux. C’est la valeur verte. D’ailleurs les grandes foncières incluent désormais dans leurs modèles de gestion des paramètres de “green rating” ou de “valeur verte”.

 La valeur verte segmente déjà le marché résidentiel

Ce qui est vrai pour le tertiaire se propage au secteur résidentiel. Une enquête menée par “A vendre à louer” a révélé que plus de 80% des acquéreurs potentiels estiment légitime de négocier à la baisse un bien dont l’étiquette énergétique est médiocre (D,E ou F), et les moteurs de recherche des biens à vendre, ne font même plus apparaitre les logements les moins bien classés (Fou G).

Les bailleurs sociaux qui ont été incites à engager des programmes de rénovation énergétique de leur parc immobilier ont vite réalisé qu’il n’était pas réaliste d’engager des travaux de rénovation des lors que l’étiquette énergétique initiale est F ou G. Il est globalement moins couteux (en cout complet) de détruire et de reconstruire à la place un immeuble qui sera BBC, et dont le niveau de confort sera alors garanti.

 Bientôt des friches immobilières….

On n’imagine pas pouvoir détruire un immeuble en copropriété au prétexte qu’il est classé  F ou G ? C’est tout le problème du parc immobilier résidentiel privé. Le cout de la rénovation de ces immeubles pour leur permettre d’atteindre un niveau acceptable de consommation énergétique (Etiquette C) risque d’être bien trop élevé pour certains copropriétaires occupants, éventuellement âgés et qui ne souhaitent pas s’endetter pour réaliser des économies d’énergies qui n’équilibreront le montant de l’investissement que dans 15 ou 20 ans.. Ou seront ils a cette date-là ? Par voie de conséquence les copropriétaires bailleurs des logements voisins, seront privés de locataires, lesquels désormais regardent de très près le second loyer que constituent les charges de l’immeuble à commencer par celles d’énergie. S’ils peuvent trouver à se loger dans un immeuble voisin, classé C voire dans un immeuble neuf BBC, ils n’hésiteront pas.

Ainsi commence à apparaitre dans certaines villes de province des “friches locatives” qui seront bientôt des immeubles entiers ni vendables, ni louables mais que personne n’aura le courage ou les moyens de détruire. Les friches immobilières sont un des risques nés du Grenelle de l’Environnement. Si un mécanisme de financement ne vient pas résoudre ce problème spécifique au parc immobilier privé, a quoi ressembleront nos villes dans 20 ans ?

Vous aimez cet article J’aime cet article
Retour au sommaire

En savoir plus sur les sujets abordés.

  • Environnement
18.12.2020 - Article

Mode de calcul des frais de chauffage dans une copropriété

Éliminons d’emblée le cas des immeubles collectifs chauffés individuellement, ainsi que l’ensemble des immeubles qui ne sont pas concernés par l’individualisation des frais de chauffage. Dans ce cas, chacun a souscrit un abonnement direct auprès du fournisseur de gaz ou de fioul de son choix (Gaz de France par exemple), et reçoit donc directement sa facture individuelle.
La sensibilisation sur la consommation se fait donc a postériori lorsque la facture exige un paiement… C’est souvent trop tard. 

  • Environnement
17.12.2020 - Article

Combien coûte votre production d’Eau Chaude Sanitaire (ECS) ?

En théorie, rien de plus facile de calculer ce que coûte la production d’un m3 d’eau chaude. Quelle est la quantité d’énergie nécessaire pour élever un litre d’eau d’un degré ? La réponse que tout élève de première connaît est qu’il faut 1,162 Wattheure. Pour chauffer un m3 d’eau de 15°C à 40°C (qui est la moyenne de la température de l’ECS), il faut donc en théorie dépenser 1,162 x28°Cx 1000 = 32,5 kWh. Soit ! Mais quel en est le coût ? C’est là que tout se complique !

  • Environnement
  • Pouvoir d'achat

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER

La version de votre navigateur internet est obsolète

Afin d'utiliser notre site sans problème, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur. Vous trouverez plus d'informations sur le site web de votre navigateur: Mozilla Firefox

La version de votre navigateur internet est obsolète

Afin d'utiliser notre site sans problème, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur. Vous trouverez plus d'informations sur le site web de votre navigateur: Microsoft Internet Explorer

* Champs obligatoires.