En ces temps de crise et de raréfaction des énergies fossiles, se chauffer revient de plus en plus cher. Le prix du gaz a ainsi augmenté de 20% entre le 1er janvier 2018 et le 1er janvier 2019. Quel que soit le mode de chauffage utilisé dans son logement, chacun essaye de réduire au maximum sa consommation et donc ses factures.

Un budget conséquent

Pour cela, il existe un certain nombre de conseils et de recommandations à suivre.
Et ceux-ci ne sont pas à prendre à la légère lorsque l’on sait que chaque degré supplémentaire va en moyenne augmenter notre facture de 7%. Des chiffres qui font réfléchir surtout que dans notre pays un foyer dépense en moyenne 2400 euros chaque année pour sa facture énergétique dont près des plus des deux tiers sont dévolus au chauffage et à l’eau chaude.
Il est difficile d’établir la fourchette de coûts à affecter au chauffage de nos ménages, car tout dépend du logement, des installations, du nombre d’habitants, des habitudes, etc. Néanmoins en moyenne, le coût annuel du chauffage en appartement est de 1.162 €  en France et la facture moyenne d’eau est aux environs de 500 €, dont 200 € d’eau froide et 300 € d’eau chaude sanitaire.
Il est donc important de suivre les recommandations pour éviter de faire grimper ces factures.

Une consommation responsable

Un logement qui consomme peu, et donc qui coûte moins, est un logement sain. C’est-à-dire, bien isolé (fenêtres, murs, combles, planchers…), et où le mode de chauffage et les installations sont adaptés au lieu et à ses habitants. Usuellement, on préconise 19°C dans un logement. Avec des variations selon les pièces, par exemple 16°C pour une chambre d’adulte ou 22°C pour une salle de bain.
Rentabiliser son chauffage, c’est aussi avoir un thermostat d’ambiance qui va réguler la température et couper le circuit lorsque celle qu’on aura demandée est atteinte. C’est également poser des têtes thermostatiques aux radiateurs qui vont ainsi s’autoréguler pièce par pièce. C’est encore tenir compte de l’exposition des pièces : plus elles seront au Sud et plus elles seront chauffées naturellement. On pourra aussi penser à ne pas obstruer les radiateurs et à fermer rideaux et volets à la nuit tombée pour conserver la bonne température dans son logement.
Penser également à bien entretenir ses installations, à coupler les énergies (par exemple électricité + bois) et à prendre en compte le taux d’humidité de son intérieur qui influe sur la température ressentie donc sur la consommation et les factures.
Mais surtout penser à exiger dans les immeubles collectifs que l’individualisation des frais de chauffage soit mise en place. La Loi l’exige dès lors que la chaudière est collective. L’individualisation est rendue possible par l’installation de compteurs de calories sur chaque radiateur (Répartiteurs de Frais de Chauffage ou RFC). Cela permet que le prestataire du service, répartisse la facture globale en fonction de la consommation de chacun. C’est équitable et économe car chacun est ainsi mieux sensibilisé sur sa propre consommation. Les immeubles qui ‘ont mis en place ont constaté une baisse d’au moins 15% de leur consommation dès la première année….

Un degré supplémentaire dans son logement, cela ne semble vraiment pas grand-chose. Mais rapporté à la facture annuelle, la différence, elle, se fera vite sentir !

Newsletter

Stay on top of the latest news on our products and services. Receive exclusive information about the energy sector and housing industry.

Press contact:

Teaser Image
Comment faire des économies dans son logement ?

7 gestes simples pour économiser l'eau et le chauffage

En savoir plus

Partager cet article

Get deeper in this topic
All our topics