04.04.2012 - Article
  • Pouvoir d'achat

Pourquoi l’eau est-elle si chère en Bretagne ?

L’eau est en train de devenir une denrée rare, ce qui peut entraîner à terme, une hausse des prix du mètre cube. Au niveau national, de profondes disparités peuvent déjà être observées en matière de prix de l’eau. 

Selon les régions, le prix peut aller du simple au double. Alors qu’en Languedoc Roussillon, en PACA ou encore en Midi-Pyrénées, les prix sont parmi les plus bas de France, d’autres régions comme le Nord et surtout la Bretagne subissent des tarifications plus élevées, sans d’ailleurs qu’il fasse généraliser car le prix de l’eau à Rennes n’est que de 3,55 € alors que la moyenne nationale en 2011 est de  3,70 €, avec certes de fortes disparités selon les communes. Mais notons que la France se situe en dessous de la moyenne européenne qui est d’environ 3,75 €. Au Danemark le prix du mètre cube est de 6,70 €, il est de 5,60 € en Allemagne…..Il n’y a donc pas d’abus en France. Essayons donc de comprendre ces disparités, et tout d’abord de comprendre la structure du prix de l’eau. Celle-ci comprend tout d’abord à hauteur de 45% le prix de production, transport et distribution de l’eau potable, ce qui inclut le service aux clients.  La deuxième composante du prix concerne le traitement et l’évacuation au milieu naturel des eaux usées. En moyenne cela représente 40% de la facture d’eau mais c’est là que les variations sont les plus importantes. Le solde, soit environ 15% est composé de taxes et redevances (Agence de bassin, Voies navigables, etc…). Le prix de l’eau est fixé par chaque commune.

Deux principales raisons peuvent expliquer les prix élevés

La première raison est relative au fait que les réserves souterraines en Bretagne sont faibles voire nulles dans certaines contrées dont le sous-sol granitique ne contient pas de nappe aquifère. A ce titre, cela oblige les municipalités à capter l’eau uniquement en surface, dans les cours d’eau et rivières…Et c’est là que tout se complique car ces rivières reçoivent les effluents de l’agriculture intensive bretonne, chargés de nitrates (il y a plus de porcs en Côte d’Armor que d’habitants) et de pesticides. Le traitement de l’eau est d’autant plus onéreux que la dose de nitrate est élevée, et dans certaines communes il est parfois difficile de faire redescendre ce taux en dessous des normes européennes….. !

La seconde raison est liée au tourisme sur les côtes. En effet, la Bretagne connaît un vif succès auprès des vacanciers grâce à ses côtes sublimes et sa culture ancestrale. Clairement, cela oblige les collectivités locales à sur-dimensionner les réseaux les stations d’épuration et les usines d’eau potable de façon à faire face à la surpopulation estivale. Une commune comme Quiberon passe ainsi de 5000 à plus de 50 000 habitants pendant deux mois de l’année. En somme, le prix payé toute l’année par les habitants bretons est relatif à la surpopulation saisonnière qui fait augmenter les tarifs en flèche.  D’ailleurs certaines communes réfléchissent à l’instauration d’un tarif différencié été- hiver

Le prix de l’eau est fixé par les Collectivités locales.

Une analyse précise commune par commune révèle que le prix de l’eau n’a rien à voir avec le mode de gestion, publique ou privée. Ce qui impacte le plus le prix de l’eau, en Bretagne comme ailleurs c’est le besoin qu’ont les communes de mettre aux normes leurs équipements, notamment d’épuration conformément aux exigences européennes. En Bretagne certaines communes ont retardé cette échéance alors que les investissements sont parfois très importants compte tenu de la médiocre qualité des cours d’eau et de la ressource naturelle. L’augmentation récente parfois très significative dans certaines communes a été indispensable pour couvrir les investissements réalisés par les collectivités. Malgré cela, la modernisation des réseaux n’est pas réalisée et il n’est pas rare que des canalisations aient plus de 80 ans…..Ne nous étonnons pas si le rendement des réseaux d’eau potable est à peine supérieur à 75%. Pour le porter à 85%, ce qui serait très bon, il faudra augmenter le prix de l’eau, en Bretagne comme ailleurs ! 

Vous aimez cet article J’aime cet article
Retour au sommaire

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER

La version de votre navigateur internet est obsolète

Afin d'utiliser notre site sans problème, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur. Vous trouverez plus d'informations sur le site web de votre navigateur: Mozilla Firefox

La version de votre navigateur internet est obsolète

Afin d'utiliser notre site sans problème, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur. Vous trouverez plus d'informations sur le site web de votre navigateur: Microsoft Internet Explorer

* Champs obligatoires.