25.05.2012 - Article
  • Environnement

Sécheresse et usage de l’eau en agriculture

Après ce mois d’avril particulièrement froid et humide, il peut être surprenant de parler de sécheresse…Et pourtant !  En ce milieu de printemps la situation hydrique de la France reste globalement déficitaire. Les pluies tardives qui sont tombées depuis le 8 avril, bien qu’abondantes sont arrivées trop tard dans beaucoup de Régions, même si elles ont réussi à limiter les situations de carence azotée et réduit le stress hydrique. 

En Poitou Charente et Pays de Loire, comme dans beaucoup de régions, malgré les pluies et la plus faible évapotranspiration en avril, les réserves hydriques continuent de baisser, d’autant que l’évapotranspiration de mars a été très intense.  Beaucoup de régions disposent d’une réserve hydrique dont le niveau est inférieur de 40 à 50% à ce qu’elle devrait être à pareil époque. Ce déficit serait relativement mineur s’il ne correspondait pas depuis 2008 au quatrième hiver sans pluie (excepté 2010). Les conséquences se font sentir sur les nappes phréatiques qui à 80% affichent un niveau inférieur à la normale faute d’avoir été rechargées.  Les pluies d’avril devraient permettre d’assurer les récoltes notamment dans les régions céréalières (excepté les zones ou le gel a frappé), mais cela ne permettra pas d’assurer le rechargement des nappes d’eau qui ne s’alimentent qu’en hiver, pendant que la végétation sommeille. Il faut en effet savoir que l’agriculture représente en France 70% de la consommation d’eau naturelle et que cette eau n’est restituée au milieu naturel qu’au travers de ce que l’on appelle le « cycle long » : utilisation par les plantes, croissance de celles-ci, évapotranspiration et restitution à l’atmosphère, formation de masses d’air humide qui iront ailleurs alimenter par pluviosité d’autres régions, rivières ou océans. La réalimentation des nappes par l’eau restituée par l’agriculture nécessite donc plusieurs années. C’est pourquoi les années de sécheresse sont dramatiques !

Dans certaines régions rurales ou la sécheresse guette,  les préfets ont donc déjà  dû prendre des arrêtés de restriction de l’usage de l’eau du réseau public. Les usages non prioritaires sont d’ores et déjà interdits : arrosage d’espaces verts, lavage des véhicules au domicile, lavage des voiries, etc…  Face au risque de pénurie hydrique cet été les agriculteurs se préparent : activation des cellules sécheresse, travaux préventifs contre les incendies (y compris dans le sud de l’Angleterre),  demandes  préventives de subventions et d’aides européennes (Espagne et Portugal).  Dans un tel contexte les prix mondiaux du blé ont commencé à se tendre. Les immenses stocks mondiaux situés en Chine et en Inde ne pourront en effet rien pour compenser la baisse de production qui menace l’Europe et notamment la France.

Quoiqu’il en soit, l’eau est un bien précieux. Pensez à l’économiser et à surveiller votre consommation

Vous aimez cet article J’aime cet article
Retour au sommaire

En savoir plus sur les sujets abordés.

  • Environnement
18.12.2020 - Article

Mode de calcul des frais de chauffage dans une copropriété

Éliminons d’emblée le cas des immeubles collectifs chauffés individuellement, ainsi que l’ensemble des immeubles qui ne sont pas concernés par l’individualisation des frais de chauffage. Dans ce cas, chacun a souscrit un abonnement direct auprès du fournisseur de gaz ou de fioul de son choix (Gaz de France par exemple), et reçoit donc directement sa facture individuelle.
La sensibilisation sur la consommation se fait donc a postériori lorsque la facture exige un paiement… C’est souvent trop tard. 

  • Environnement
17.12.2020 - Article

Combien coûte votre production d’Eau Chaude Sanitaire (ECS) ?

En théorie, rien de plus facile de calculer ce que coûte la production d’un m3 d’eau chaude. Quelle est la quantité d’énergie nécessaire pour élever un litre d’eau d’un degré ? La réponse que tout élève de première connaît est qu’il faut 1,162 Wattheure. Pour chauffer un m3 d’eau de 15°C à 40°C (qui est la moyenne de la température de l’ECS), il faut donc en théorie dépenser 1,162 x28°Cx 1000 = 32,5 kWh. Soit ! Mais quel en est le coût ? C’est là que tout se complique !

  • Environnement
  • Pouvoir d'achat

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER

La version de votre navigateur internet est obsolète

Afin d'utiliser notre site sans problème, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur. Vous trouverez plus d'informations sur le site web de votre navigateur: Mozilla Firefox

La version de votre navigateur internet est obsolète

Afin d'utiliser notre site sans problème, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur. Vous trouverez plus d'informations sur le site web de votre navigateur: Microsoft Internet Explorer

* Champs obligatoires.