Chauffage collectif : température, date d’allumage, recours

15 septembre 2017 13 h 51 min

Quelle est la température minimale à assurer dans un logement ? A quelles dates le chauffage central doit-il être allumé et éteint pour l’hiver 2019-2020 ? Et que faire en cas de problème ? Explications pour les locataires et copropriétaires occupants.

date-dallumage-chauffage-collectif

La température « légale » dans un logement

Dans les logements anciens, la température de chauffage est limitée à 19 degrés par la loi. Concrètement, cela signifie que le chauffage collectif d’un immeuble d’appartements ne doit pas dépasser ce seuil. En pratique, il existe cependant une tolérance pour prendre en compte la difficulté à chauffer tous les appartements de la même façon. La température peut donc être réglée à un niveau un peu plus élevé afin de satisfaire les occupants des appartements les plus froids, sans pour autant pénaliser les autres en les contraignant à ouvrir leurs fenêtres pour faire baisser le thermomètre.

Dans les immeubles récents, dont le permis de construire a été délivré après le 1er juin 2001, la température ne doit pas descendre sous 18 degrés. Plus précisément, les constructeurs doivent s’assurer que « les équipements de chauffage du logement permettent de maintenir à 18 degrés la température au centre des pièces », indique le Code de la construction et de l’habitation (article R111-6). De plus, les habitants doivent pouvoir régler le chauffage de sorte à faire baisser la température sous 18 degrés s’ils le souhaitent.

En résumé, la température « légale » dans un logement se situe entre 18 et 19 degrés. Si cet objectif est atteint, il sera très difficile de faire augmenter la température du chauffage central de l’immeuble. En revanche, un habitant peut chauffer davantage son appartement avec un chauffage d’appoint comme bon lui semble. Il ne risque pas de sanction du moment qu’il ne pose pas de problème à ses voisins.

A savoir : la température est mesurée au centre des pièces du logement, à 1,5 mètre au-dessus du sol.

Allumage du chauffage collectif

Dates d’allumage et d’arrêt

Dans un immeuble, la mise en route du chauffage collectif peut rapidement susciter des désaccords. Et la loi n’apporte pas de précisions pour régler les querelles de voisinage : aucune date légale d’allumage du chauffage n’est imposée. Cette décision est laissée à l’appréciation des habitants et du syndic de copropriété, ce dernier devant ordonner l’intervention du chauffagiste.

En 2016 comme chaque année, le chauffage central est donc remis en service le plus souvent en octobre, autour du 15 octobre. La date précise est déterminée dans le règlement de la copropriété ou par un vote des copropriétaires en assemblée générale.

Le plus souvent, le chauffage est interrompu autour du 15 avril. Là encore, il ne s’agit pas d’une obligation légale. Selon la région, le climat ou encore la qualité de l’isolation thermique de l’immeuble – une bonne conservation de la chaleur réduit les besoins de chauffage et inversement – il est donc tout à fait possible d’avancer ou retarder l’allumage et l’arrêt du chauffage collectif.

Comment demander à allumer ou interrompre le chauffage

Le cas échéant, un copropriétaire ou un locataire peut demander à enclencher ou arrêter la chaudière collective plus tôt ou plus tard que prévu. Deux conditions doivent être remplies :

– Le contrat passé avec le chauffagiste doit intégrer cette possibilité,
– La demande doit être motivée et partagée par d’autres habitants.

La relance ou l’interruption précoce du chauffage central doit être demandée au conseil syndical de la copropriété. Lorsque la requête est acceptée, elle est transmise au syndic, ce dernier devant solliciter les services du chauffagiste. En règle générale, on considère qu’il faut que la température intérieure soit significativement inférieure à 19 degrés pour que la demande de remise en marche ou de maintien du chauffage collectif soit jugée acceptable.

Si le conseil syndical rejette la requête, sa décision est finale. Les habitants de l’immeuble n’ont aucun moyen de recours pour obtenir gain de cause.

Source : toutsurmesfinances.com

Comment sont réparties les charges du chauffage collectif ?

Dans les résidences collectives, il est rare que chaque logement dispose de son propre système de chauffage. Généralement, la chaleur est répartie dans tout le bâtiment à partir d’une chaudière centrale. La facture énergétique étant de ce fait globale, sa répartition se fait traditionnellement au tantième. Un tel système de partage crée trop souvent des frictions entre les résidents, car certains vont payer plus qu’ils ne doivent. La règle est que chacun doit payer ce qu’il a réellement consommé, ni plus, ni moins. Pour une meilleure équité dans la ventilation des dépenses collectives, il est nécessaire d’individualiser les frais de chauffage afin que chaque occupant paie une somme correspondant à sa consommation réelle.

Grâce à un relevé de l’utilisation propre à chaque appartement, il est plus facile de déterminer la part exacte de chaque logement dans la facture générale. Relever la consommation individuelle des logements dotés d’un chauffage collectif est possible grâce à un compteur individuel de chauffage, aussi appelé répartiteur de chauffage, qu’on place sur le radiateur et mesure avec une grande précision la consommation de chauffage de chaque foyer.

 

16 commentaires

  • Bonjour

    Je suis très inquiet depuis l’installation des sondes sur les radiateurs.
    En effet depuis l’allumage du chauffage collectif, nous n’arrivons pas à atteindre les 18°c dans les chambres (plutôt autour de 17.5°) et peinons à atteindre les 19 dans la pièce de vie, alors que nous sommes au début du mois de novembre.
    L’immeuble Hlm étant très mal isolé, nous sommes contraints de boucher les aérations des fenêtres par lesquelles le vent s’engouffre et vient anéantir tous nos efforts pour conserver le peu de chaleur produite par les radiateurs qui sont froids en permanence. Il est quasi impossible d’aérer le matin avant de partir d’une part pour le confort de la toilette, et parce que nous quittons le logement jusqu’à midi et qu’il n’est donc pas question d’ouvrir nos fenêtres aussi longtemps au risque de refroidir les murs.
    Nous avons pu nous faire prêter 2 chauffages d’appoints qui nous permettent de tenir convenablement, malgré les désagréments dû aux infiltrations de l’air extérieur. Il est donc quasi certain que nous serons tôt ou tard forcés d’effectuer un achat d’appareils mobiles, chauffage au pétrole pouvant être la solution la plus économique, et peut-être en aurions-nous besoin d’un seul.
    Ma question est la suivante :
    Le contrôleur sonde la pièce par 2 types de mesures, celle du robinet thermostatique et celle de la température de la pièce. S’ensuit probablement un calcul, dont je ne connais pas la formule, mais qui tient compte sans doute de la température de la pièce.
    Si j’élève ma température, la sonde le détectera forcément, mais comment sera répercuté ce résultat sur ma facture ?
    Le degré supplémentaire à atteindre pour compenser la mauvaise isolation me sera-t-il facturé en sus ?

    Je suis très inquiet car nous avons le sentiment d’être doublement pénalisés de par la qualité médiocre du chauffage distribué mais aussi par le fait que nous serions facturé 2 fois par le chauffage d’appoint, d’une part sa propre consommation, d’autre part l’enregistrement du contrôleur qui enregistrerait des données erronées.

    Cette question est très importante pour nous car pour le moment aucune réponse ne nous est apportée par le bailleur, nous ne savons pas non plus comment est classé notre logement se situant au 9ème étage et exposé à l’est/sud-est.

    En vous remerciant d’avance pour vos conseils.

    Cordialement

    • Bonjour M.Lebel,

      Voici la réponse de Jean-Philippe Platt, fondateur d’ACTE (Association des copropriétaires pour la transition énergétique).

      Face au bailleur le ressenti subjectif ne permet pas à celui-ci de prendre les bonnes décisions ni même de se convaincre que l’amélioration de votre situation thermique est de son ressort !
      Les actions à entreprendre pour améliorer votre confort thermique sont de deux ordres.

      1. Collecter des données tangibles et les partager:
      • relever et noter dans un carnet (!) les températures extérieures et dans les pièces à différentes heures de la journée sur quelques semaines.
      3 ou 4 thermomètres bien placés et relevés avec sérieux apportent une information précieuse.

      • essayer de trouver des locataires qui feraient la même opération dans des appartements situés aux extrêmes du bâtiment;
      la cohérence et la pertinence des données permettra au bailleur de trouver les meilleures solutions de conduite de l’installation de chauffage avec l’exploitant:
      réglage de la pente, réglage de la température de départ du fluide caloporteur, équilibrages, opérations d’amélioration de l’installation…

      • comparer les frais de chauffage d’une année sur l’autre et entre plusieurs appartements du même type.. Si vos radiateurs chauffent moins que les années précédentes et en attendant que la situation s’améliore sur le plan technique qu’au moins votre facture soit moins élevée.

      2. Agir sur son environnement:
      • aérer son appartement (eh oui!) en ouvrant en grand une ou plusieurs fenêtres pendant quelques (3 à 7) minutes tous les jours;
      • s’abstenir d’obstruer les bouches d’aération car l’humidité accumulée et non évacuée accentue la sensation de froid;
      • limiter néanmoins le débit de la VMC (le faire vérifier impérativement lors de la visite annuelle d’entretien;
      • profiter également des apports de chaleur (ouvrir la porte de la salle de bain après la douche, faire une cuisine au four… en choisissant des recettes sans gras nauséabond et limiter l’usage de la hotte, se retrouver ensemble dans la pièce de vie, fermer rideaux et volets dès la tombée du jour et même dans la journée pour les pièces non ensoleillées si l’appartement est vide)

      • et, bien sûr, adapter sa tenue vestimentaire.
      Les radiateurs d’appoint ne sont une solution (et encore, si vous êtes frileux !) que dans les périodes intermédiaires où le chauffage de l’immeuble n’est pas en fonctionnement.

      Je rajouterais que, bien loin de réduire le confort thermique, la mise en place de répartiteurs de frais de chauffage (surtout dans un immeuble de plusieurs étages) améliore la distribution du chauffage dans les appartements en fin de boucle. En effet, les appartements situés en début de boucle, habituellement plutôt surchauffés, réduisant la demande de chaleur (pour limiter les frais) mettent cette chaleur économisée à la disposition des logements des derniers étages. Ce phénomène relève d’un équilibrage « comportemental » très sain qui permet de mieux utiliser le potentiel de l’installation de chauffage.

  • bonsoir,

    le règlement de copropriété a prévu un chauffage par le sol fonctionnant entre 22h et 6h et devant diffuser une température entre 12 et 14 degrés.

    Récemment, il y a eu des problèmes avec l’armoire electrique, certains appartements étant chauffés à 24 degrés. L’entreprise est intervenue. Pour règler le problème, il a été décidé de débrancher certains grands appartements fauteurs de troubles sur cette installation qui date de 1978 et qui pose régulièrement des problèmes.Ces derniers « tirés trop »…!!!Je ne ressens aucune chaleur dans mon « grand » appartement. J’ai bien compris qu’il était dans les « sacrifiés ». J’ai demandé au syndic une réduction des charges de chauffage. Celui ci m’a dit clairement que ce serait très très compliqué à calculer…!!!!

    Chaque appartement est équipé de radiateurs privatifs que chaque copropriétaire utilise selon ses besoins et dont il paie la consommation facturée par son prestataire.

    Y a t il une loi qui obligerait le syndic à assurer un chauffage plus important et pourrait on demander la suppression de ce chauffage collectif qui semble obsolète et qui devient très onéreux en raison de l’entretien de l’armoire électrique ancienne ?

    Il m’a été répondu que ce chauffage était destiné à préserver le bâti au cas ou certains logements restaient inoccupés? Pensez vous que ce soit un argument valable alors qu’on est à la chasse au gaspillage.

    • Bonjour Marie-Helene,

      Vous devez discuter de cette question en AG avec les autres copropriétaires, y a t’il des plaintes de leur part ? Notamment d’autres copropriétaires qui auraient leur appartement « sacrifiés » ?
      Dans certains immeubles, un chauffage au sol permet d’atteindre une température minimale globale.
      Si aucune réparation n’est possible pour réguler ce chauffage collectif, il faudra effectivement discuter en AG d’une nouvelle solution, obligeant certainement à passer au tout individuel.

      L’éventuelle vétusté de l’installation collective pourra justifier ce choix et permettra de voter les travaux à la majorité absolue de l’article 25-n de la loi du 10 juillet 1965.
      Si l’impossibilité de remédier à ce disfonctionnement n’est pas avérée, certains copropriétaires pourraient faire valoir qu’il s’agit d’une atteinte aux conditions de jouissance de leurs logement et exiger un vote à l’unanimité bloquant la décision (article 26 loi 10/07/65).

      Pour plus d’informations, vous pouvez contacter le service juridique de l’ADIL à cette adresse : https://www.anil.org/lanil-et-les-adil/votre-adil/

      Cordialement et très bonne année 2019,
      Basile

  • Bonjour,
    Mon problème est similaire, mais en sens inverse, j’ai 26 et parfois 27 degrés dans l’appartement, je suis obligée d’ouvrir les fenêtres, ca fait 5 ans depuis que je suis propriétaire et je n’ai pas de voie de recours, je l’ai signaler au syndic de la copropriété, qui me disent qu’on peut rien faire sous prétexte que l’immeble a de la copropriété ont toujours froid, donc il le regle en finction des personnes qui ont froid en même temps il disent qu’il ya 3 degrés de difference si cela etait le cas et d’apres la loi qui dit que la température norlale est de 19 et si on se base sur ca je suis sensé avoir 22 degré maximum
    Mais apparemment ce n’est pas la cas parce que pour les autres propriétaire la température normale pour eux est de 22 a 23 degrés, comment je peux les contraindre a baisse le chauffage, please aider moi, j’ai vraiment besoin de conseils, je n’en peux plus, que dous je faire
    Cordialement

    • Bonjour Lilouchka,

      Sachez d’abord que la loi exige l’installation de robinets thermostatiques afin que chacun puisse optimiser sa régulation. Mais ce n’est pas suffisant si le réseau de chauffage de la copropriété n’a pas été « désembouée » et « ré-équilibré ».

      Un réseau emboué (dépôts dans les canalisation accumulés au fil des années) génère une baisse de rendement pouvant atteindre 40%, et donc une grave surconsommation.

      Un réseau déséquilibré, où certains appartements ont toujours froid quand les autres ont trop chaud – ce qui semble être votre cas – incite l’exploitant à augmenter la température, donc à surconsommer.

      Enfin sachez qu’Aucun copropriétaire ne doit se sentir désarmé face à une copropriété et son syndic qui n’aurait pas engagé le processus de rénovation thermique. En effet, la Cour de cassation (lire nos articles à ce sujet) a défini une jurisprudence qui condamne tout syndic et tout Syndicat de copropriétaire qui resteraient sourds aux demandes de copropriétaires de mieux isoler l’immeuble.

      Vous n’êtes pas l’architecte mais vous disposez désormais d’arguments pour contraindre la copropriété à engager un audit énergétique et un processus de rénovation énergétique.

      Merci de votre fidélité
      Basile

  • Bonjour nous sommes actuellement locataires dans une copropriété gérée par le même propriétaire. Nous avons un chauffage collectif (fioul) qui est allumé de novembre à Avril.
    Chaque locataire payent 70 euros de provisions sur charges (chauffage et eau du forage inclues dans les charges). Aujourd’hui notre propriétaire nous annonce une augmentation de 30 euros par mois suite à une soit disant surconsommation du chauffage et nous demande d’éteindre notre chauffage quand on part et de ne le mettre que sur 1 ou 2 maximum. Il nous annonce une nouvelle augmentation au mois de septembre.

    Je l’ai appelé lui demandant un justificatif de cette soit disant surconsommation et le relevé de notre consommation perso.

    Il refuse de nous donner les papiers et ne peut pas nous donner notre relevé de consommation car il n’y a pas d’individualisation du chauffage.

    Que pouvons nous faire ?
    En vous remerciant de votre réponse.

    • Bonjour Grenna,

      En cas d’absence dans la journée, en effet il est fortement recommandé de réduire la température des pièces pour éviter des dépenses de chauffage inutiles.

      En revanche pour l’augmentation des charges de chauffage, elles doivent impérativement être justifiées.
      Conformément à l’article 23 loi 6/07/1989, les charges récupérables sur le locataire doivent être justifiées par un décompte détaillé des charges, il en est de même de toute augmentation.
      Article 23 Modifié par LOI n°2014-366 du 24 mars 2014 – art. 6
      Les charges récupérables, sommes accessoires au loyer principal, sont exigibles sur justification en contrepartie :
      1° Des services rendus liés à l’usage des différents éléments de la chose louée ;

      2° Des dépenses d’entretien courant et des menues réparations sur les éléments d’usage commun de la chose louée. Sont notamment récupérables à ce titre les dépenses engagées par le bailleur dans le cadre d’un contrat d’entretien relatif aux ascenseurs et répondant aux conditions de l’article L. 125-2-2 du code de la construction et de l’habitation, qui concernent les opérations et les vérifications périodiques minimales et la réparation et le remplacement de petites pièces présentant des signes d’usure excessive ainsi que les interventions pour dégager les personnes bloquées en cabine et le dépannage et la remise en fonctionnement normal des appareils ;

      3° Des impositions qui correspondent à des services dont le locataire profite directement.

      La liste de ces charges est fixée par décret en Conseil d’Etat. Il peut y être dérogé par accords collectifs locaux portant sur l’amélioration de la sécurité ou la prise en compte du développement durable, conclus conformément à l’article 42 de la loi n° 86-1290 du 23 décembre 1986 précitée.

      Les charges locatives peuvent donner lieu au versement de provisions et doivent, en ce cas, faire l’objet d’une régularisation annuelle. Les demandes de provisions sont justifiées par la communication de résultats antérieurs arrêtés lors de la précédente régularisation et, lorsque l’immeuble est soumis au statut de la copropriété ou lorsque le bailleur est une personne morale, par le budget prévisionnel.
      Un mois avant cette régularisation, le bailleur en communique au locataire le décompte par nature de charges ainsi que, dans les immeubles collectifs, le mode de répartition entre les locataires et, le cas échéant, une note d’information sur les modalités de calcul des charges de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire collectifs. Durant six mois à compter de l’envoi de ce décompte, les pièces justificatives sont tenues, dans des conditions normales, à la disposition des locataires.

      A compter du 1er septembre 2015, le bailleur transmet également, à la demande du locataire, le récapitulatif des charges du logement par voie dématérialisée ou par voie postale.

      Lorsque la régularisation des charges de chauffage ou d’eau n’a pas été effectuée avant le terme de l’année civile suivant l’année de leur exigibilité, le paiement par le locataire est effectué par douzième, s’il en fait la demande.

      Pour l’application du présent article, le coût des services assurés dans le cadre d’un contrat d’entreprise ou d’un contrat d’achat d’électricité, d’énergie calorifique ou de gaz naturel combustible, distribués par réseaux correspond à la dépense, toutes taxes comprises, acquittée par le bailleur.

      Pour plus d’informations, vous pouvez contacter le service juridique de l’ADIL à cette adresse : https://www.anil.org/lanil-et-les-adil/votre-adil

      Bien cordialement et merci pour votre intérêt,
      Basile

Laissez un commentaire Basile


Guide de l’IDFC



ista, leader mondial du pilotage
des consommations de chauffage et d’eau dans l’habitat collectif, publie le Guide Destiné à ses partenaires professionnels
de la gestion immobilière

Autres articles

  • Pouvoir d'achat Ce que coûte 1°C supplémentaire dans votre logement

    Ce que coûte 1°C supplémentaire dans votre logement

    En ces temps de crise et de raréfaction des énergies fossiles, se chauffer revient de plus en plus cher. Le prix du gaz a ainsi augmenté de 20% entre le 1er janvier 2018 et le 1er janvier 2019. Quel que soit le mode de chauffage utilisé dans son logement, chacun essaye de réduire au maximum sa consommation et donc ses factures. Un budget conséquent Pour cela, il existe un certain nombre de conseils et de recommandations à suivre. Et ceux-ci […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Chauffage : la facture moyenne a augmenté en 2017

    Chauffage : la facture moyenne a augmenté en 2017

    Les foyers français ont payé en moyenne 1.683 euros l’an dernier. Se chauffer au fioul coûte trois fois plus cher qu’avec du bois. Le fioul domestique fera-t-il demain l’objet de la même désaffection que celle qui frappe son proche cousin,  le diesel, dans le secteur automobile  ? La question se pose au vu des dernières données sur le coût du chauffage en France. La facture moyenne des ménages a atteint 1.683 euros l’an passé, en progression de +4,5 % par rapport à 2016, annonce […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Quel est le coût de l’Eau Chaude Sanitaire ?

    Quel est le coût de l’Eau Chaude Sanitaire ?

    Pourquoi le coût de l’Eau Chaude Sanitaire (ECS) varie-t-il d’une copropriété à l’autre dans des proportions importantes ? En dessous de quel coût peut on considérer que l’on a optimisé la production d’ECS ? Si chaque copropriété est a priori un cas particulier, il est néanmoins possible d’éclairer ce débat. En théorie, le calcul est basé sur le fait qu’il faut 1,162 wattheure pour élever de un degré un litre d’eau. L’eau du réseau arrivant à la chaudière est en général à […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Relever ses compteurs régulièrement plutôt qu’une fois par an: LA solution pour faire des économies

    Relever ses compteurs régulièrement plutôt qu’une fois par an: LA solution pour faire des économies

      Comment faire des économies d’énergie ? On se pose souvent la question. Un salon des copropriétés a lieu en ce moment à Bruxelles et l’une des pistes avancées pour les grands immeubles est un suivi à distance, régulier, des compteurs d’énergie et pas un relevé annuel. Fanny Dehaye avec Eric Poncelet. Un petit compteur accroché au radiateur comme celui-ci, les appartements de 9 immeubles sur 10 en sont équipés en Belgique. De plus en plus de copropriétés vont plus […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Electricité, gaz et loyer : ce qui change au 1er août

    Electricité, gaz et loyer : ce qui change au 1er août

    Le point sur les baisses et augmentations de tarifs dans les énergies, les transports et l’immobilier. Hausse des tarifs de l’électricité, du passe Navigo et des loyers de référence parisiens, baisse des prix du gaz et taux du livret A stable… Petit tour d’horizon de ce qui change à compter de mardi 1er août.   Les tarifs de l’électricité augmentent… Les tarifs réglementés de l’électricité, appliqués par EDF à 27 millions de foyers, augmenteront de 1,7 % au 1er août, dans le cadre de la révision […]

    Lire plus →
  • L'actu environnement Pouvoir d'achat Économie d’énergie, le crédit d’impôt Cite y avez-vous droit ?

    Économie d’énergie, le crédit d’impôt Cite y avez-vous droit ?

      Vous avez réalisé des travaux d’isolation, de rénovation thermique ou changé vos équipements pour économiser l’énergie. Vous bénéficiez d’un crédit d’impôt Cite de 30% cumulable avec le prêt 0%. Notez-bien avant de lire la suite : – il n’est pas obligatoire de joindre à votre déclaration d’impôt les justificatifs et attestations pour bénéficier des crédits et réductions d’impôt (factures, reçus etc.). Conservez-les simplement pour les tenir à disposition de toute demande de votre centre des finances publiques – vous devez inscrire […]

    Lire plus →
  • Astuce / Pratique Pouvoir d'achat Economie d’énergie : leur maison rénovée grâce à des aides

    Economie d’énergie : leur maison rénovée grâce à des aides

    L’HEBDO DU SEVRE ET MAINE |  Publié le 16/03/2017 Dans le département de la Loire-Atlantique, des foyers peuvent percevoir des aides dans le cadre de travaux d’amélioration énergétique. Le dispositif est porté par Soliha. Cela fait 44 ans qu’ils vivent à Mouzillon, dans leur maison nantaise chauffée au fioul. Hormis le remplacement des ouvrants il y a dix ans, Gabrielle et Albert Lecommandeur n’ont jamais lancé de gros chantiers d’amélioration. Leur maison n’est pas une passoire énergétique. Mais affiche un […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Energie : comment réduire de 15% sa facture grâce aux achats groupés

    Energie : comment réduire de 15% sa facture grâce aux achats groupés

    LE FIGARO.FR | Par Frédéric De Monicault | Publié le 10/03/2017 à 06:15  Le comparateur d’offres sur Internet Selectra lance une nouvelle procédure d’achat groupé. Il est associé cette fois avec Se.Loger.com On ne change pas une formule qui a déjà fait la preuve de son efficacité. Selectra, le comparateur d’offres d’énergie sur Internet lance pour la troisième fois une opération d’achat groupé. Après avoir été associé à Familles de France en 2015 et Aurore en 2016, il a fait […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Gaz et électricité : Comment réduire sa facture.

    Gaz et électricité : Comment réduire sa facture.

    Opter pour les offres de fournisseurs alternatifs est une solution intéressante, facile, gratuite et sans risque. LE MONDE ARGENT | Par Frédérique Lehmann Si 71 % des ménages français se disent préoccupés par leurs dépenses énergétiques, seulement 13 % ont changé de fournisseur d’électricité ou de gaz naturel selon le baromètre du médiateur national de l’énergie publié en octobre 2016. « Une frilosité qui s’explique par une méconnaissance des démarches à effectuer et des idées reçues, près de dix ans après l’ouverture du marché du gaz et de l’électricité à […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Maîtrisez vos consommations pour contrer la montée du prix des énergies

    Maîtrisez vos consommations pour contrer la montée du prix des énergies

      Le prix des énergies est reparti à la hausse depuis plus de six mois, et l’année 2017 commence avec une hausse supplémentaire du prix du gaz. Votre seule défense ?  Réduire vos consommations en améliorant l’efficacité énergétique de votre logement et de votre copropriété. La première disposition à prendre consiste à demander à votre syndic d’optimiser la gestion du contrat de la chaudière collective. Avant même de penser à changer de chaudière si celle-ci est ancienne, faites déjà désembouer et […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Gérer une copropriété c’est aussi maîtriser les consommations

    Gérer une copropriété c’est aussi maîtriser les consommations

    L’Etat français a fixé des objectifs d’efficacité énergétique. Le secteur immobilier, premier producteur de GES, doit y prendre toute sa part, afin que les exigences 2020, 2030, 2050 énoncées dans la Loi de Transition Energétique, soient respectées. Les gestionnaires d’immeubles (syndics ou bailleurs sociaux) sont donc désormais au cœur d’une préoccupation fondamentale : maîtriser les consommations des parties communes et privatives. Pour ce qui est des gestionnaires de copropriété (syndics), ils sont doublement impliqués dans cette exigence. En premier lieu, ce […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Quels gains avec l’individualisation ?

    Quels gains avec l’individualisation ?

    En France, pour ce qui concerne le comptage individuel, les occupants des immeubles collectifs (copropriété ou habitat social) bénéficient aujourd’hui d’un recul de plusieurs décennies. Cette expérience leur permet de se féliciter des gains que procure l’individualisation des charges. L’individualisation de l’eau chaude sanitaire a été rendue obligatoire dès le premier choc pétrolier en 1974. Aujourd’hui quatre vingt cinq pour cent des immeubles dont l’ECS est collective sont équipés de compteurs divisionnaires. Pour l’Eau froide, commodité qui donne le sentiment […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Economisez davantage avec la télé relève

    Economisez davantage avec la télé relève

    Le consommateur que chacun d’entre nous est, exige d’être informé sur les produits qu’on achète. Information sur la qualité du produit, sur sa composition, mais bien évidemment aussi sur son prix. Nous avons besoin de repères pour maîtriser nos dépenses. Et pourtant, en tant que locataire ou copropriétaire nous nous contentons bien souvent de trop peu d’information sur notre consommation d’eau ou de chauffage. Une ligne anonyme dans les charges en fin d’année ! De plus en plus, vous exigez davantage, […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Dynamisez vos économies grâce à l’efficacité énergétique active

    Dynamisez vos économies grâce à l’efficacité énergétique active

    Vous engagez la rénovation énergétique de votre copropriété ? Parfait ! Mais n’oubliez surtout pas qu’elle doit s’appuyer sur trois composantes : optimisation de l’isolation, optimisation du système de chauffage, optimisation du comportement de consommation des occupants. Si chacune de ces composantes est susceptible de générer un tiers des économies globales, c’est de loin l’efficacité énergétique active qui représente l’investissement le plus faible. C’est donc un volet essentiel du bouquet d’amélioration de l’efficacité énergétique. En quoi consiste l’efficacité énergétique active ? C’est simple : il […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat En été, ne relâchez pas la pression sur l’eau !

    En été, ne relâchez pas la pression sur l’eau !

    Cette année, on l’aura attendu longtemps. Les nappes phréatiques sont pleines, les rivières ont regagné leurs lits… L’été est bien là. C’est une saison où l’on constate en général un relâchement dans la maîtrise des consommations d’eau. Restez vigilants et économes. Si vous partez en vacances dans une commune de bord de mer, n’oubliez pas que sous l’effet de l’affluence estivale mais aussi d’un certain laxisme lié à l’augmentation des températures, ces communes de bord de mer voient leurs consommation être […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Ne négligez rien pour réduire vos factures d’énergie

    Ne négligez rien pour réduire vos factures d’énergie

    La routine des gestes quotidiens conduit souvent à des habitudes énergivores à domicile. Vos résolutions écologistes s’en trouvent bafouées et vos factures d’eau ou d’électricité sont alors loin d’être optimisées. Comment pouvez vous économiser plus de 300 € par an sans effort ? Penchez vous d’abord sur l’utilisation de vos appareils électro-ménager, dont il faut se rappeler que la consommation significative est toujours exclus des labels BBC et autres seuils de consommation pris en compte dans les audits énergétiques. Pourtant ils […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat En copropriété, c’est pourtant si simple d’économiser sur l’inutile !

    En copropriété, c’est pourtant si simple d’économiser sur l’inutile !

    Vos nombreuses questions sur une gestion des charges qui vous paraît obscure, voire inéquitable, confirment que vous êtes attachés au juste coût de vos consommations d’énergie. Celles qui concernent l’eau et le chauffage représentent environ 50% de vos charges courantes, aussi est il légitime de vous en préoccupez. Mais le diable se cachant dans les détails, il est probablement plus fructueux de traquer les gouttes d’eau inutiles que les apparentes anomalies de gestion qui ne sont en général que la […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Les conditions pour réussir votre rénovation énergétique

    Les conditions pour réussir votre rénovation énergétique

    Le 31 décembre 2016 toutes les copropriétés devront avoir réalisé leur audit énergétique (si plus de 50 lots) ou leur DPE global (si moins de 50 lots). Après cette date, les sanctions peuvent pleuvoir et surtout les prix augmenter. Pour ceux qui n’ont pas encore engagé la démarche, quelques conseils, au delà des exigences réglementaires, qui vous permettront d’optimiser vos investissements de rénovation énergétique : Mobilisez vous pour établir un Bilan Initial de la Copropriété Le BIC n’est rien d’autre qu’un […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Augmenter la valeur verte de votre copropriété

    Augmenter la valeur verte de votre copropriété

    Les marchés immobiliers se segmentent en fonction de leur degré de modernité énergétique. Ce phénomène est constaté depuis de nombreuses années dans le tertiaire. Il apparaît également dans l’immobilier de logements, et nos voisins européens le constatent aussi. Les labels environnementaux tels que Minergie en Suisse, Novoclimat au Québec ou d’autres aux USA engendrent des différences sur le prix de l’immobilier tertiaire. Des écarts moyens de 15% sur la valeur locative ont été observés. Désormais, c’est devenu un argument commercial. […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Donnez vous les moyens de maîtriser vos consommations

    Donnez vous les moyens de maîtriser vos consommations

    Que vous soyez locataires ou copropriétaires, vos questions révèlent que vous souhaitez davantage de transparence sur vos consommations en général, et d’eau en particulier. C’est légitime, d’autant que vos charges d’eau représentent environ 25% des charges de votre copropriété. Si la transparence de leur calcul est indispensable, il est tout aussi important d’optimiser son comportement de consommateur. Sans diminuer votre confort, d’importantes économies sont en effet possibles. Revue de détail. Commencez par avoir des repères quant aux standards de consommation […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Économisez toutes vos énergies

    Économisez toutes vos énergies

    Depuis le 1er janvier 2013, la nouvelle Réglementation Thermique (RT 2012) est entrée en vigueur dans l’habitat neuf. Ce qu’elle exige n’est pas encore une obligation pour l’habitat existant, mais c’est un exemple à imiter à l’occasion d’une rénovation énergétique de votre copropriété. La RT 2012 fixe différentes exigences. Certaines sont architecturales et imposent de prendre en compte les apports extérieurs de chaleur, d’autres ont trait à la ventilation ou encore à l’isolation. Mais le plus novateur concerne l’exigence que […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Faire le bilan des consommations d’énergie et agir ensuite

    Faire le bilan des consommations d’énergie et agir ensuite

    Certes le prix du pétrole s’est effondré et avec lui le prix du gaz a ralenti sa croissance folle. Mais qui peut être certain que ces prix ne vont pas de nouveau remonter à des niveaux beaucoup plus élevés ? Dans le même temps, la Loi de Transition Énergétique a fixé un calendrier et des objectifs d’amélioration de l’efficacité énergétique du parc immobilier. Ce calendrier s’impose à tous avec plus ou moins d’urgence selon le niveau de consommation de son immeuble. […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat L’eau du robinet : bon pour la santé comme pour vos finances

    L’eau du robinet : bon pour la santé comme pour vos finances

    L’eau a coulé sous les ponts depuis 1950. A cette époque, moins de 50% des français disposaient de l’eau courante à domicile. Aujourd’hui, plus de 99% des logements en sont équipés. Pourtant les français se détournent de l’eau du robinet en tant que boisson, à tel point que moins de 1% de la consommation d’eau potable sont destinés à la boisson. Les inconditionnels de l’eau du robinet arguent que le prix de l’eau en bouteille grève leur pouvoir d’achat. Les […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Sachez éviter les surconsommations d’eau

    Sachez éviter les surconsommations d’eau

    Votre consommation d’eau peut être maîtrisée en vous fixant l’objectif de coller aux standards nationaux, voire aux standards régionaux quand ces derniers sont connus de façon précise. Il est d’usage de retenir les standards suivants : F1 = 45 m3 / F2 = 68 m3 / F3 = 90 m3 / F4 = 110 m3 par an. Bien évidemment, le nombre d’occupants fera varier ces consommations autour de ces standards moyens. Mais souvent le comptage divisionnaire apporte la preuve que malgré […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat C’est gagnant d’individualiser les charges

    C’est gagnant d’individualiser les charges

    Les charges d’eau et de chauffage sont les seules sur lesquelles vous pouvez agir individuellement en copropriété. Elles représentent en moyenne 50% des charges globales de copropriété, aussi serait-il dommage de ne pas tout mettre en œuvre pour les réduire. Sur une facture globale d’environ 1800 € par an pour un F3, votre économie peut s’élever à près de 400 € sans investissement. Revue de détail… Les économies sur l’eau reposent d’abord sur l’adoption des bonnes pratiques de consommation que […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Optimisez confort, température et économies

    Optimisez confort, température et économies

    Il n’y a pas de bonne température d’intérieur, il y a celles qui conviennent à votre confort. C’est donc subjectif mais surtout c’est très variable d’une pièce à l’autre, même si la température de référence qui sert souvent de consigne à votre exploitant de chauffage est de 19°C. Autour de cet objectif, il faut savoir réguler l’ambiance, grâce à un pilotage du thermostat par zones et grâce à vos robinets thermostatiques. Dans votre salle de bain, une régulation précise liée […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Économique et de qualité : buvez l’eau du robinet

    Économique et de qualité : buvez l’eau du robinet

    Le prix moyen des eaux de source vendues en supermarché, est d’environ 0,14 € / litre, soit environ quarante fois plus chère que l’eau du robinet (0,0037 €/ litre). Au rythme préconisé par les conseils élémentaires des médecins (boire plus d’un litre d’eau par jour), l’économie annuelle par personne serait d’environ 50 €. Plus de 300 € pour une famille nombreuse de quatre enfants. Pourquoi s’en priver ? Si le prix moyen en France est d’environ 3,7 € / m3 (inférieur […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Vos économies commencent avec le bilan initial de la copropriété

    Vos économies commencent avec le bilan initial de la copropriété

    Vous êtes nombreux à vous poser mille questions quant à la manière de faire réaliser un audit énergétique de votre copropriété. L’échéance 2017 qui le rend obligatoire* n’y est pas étrangère. Quel cahier des charges ? Quel cabinet d’audit ? Pourquoi est il essentiel de compléter l’audit énergétique par un audit architectural (on parle d’audit global) ? Quel prix ? Rappelons d’abord qu’au delà des simples exigences réglementaires, tout syndicat de copropriétaires, sensible à la revalorisation de son patrimoine immobilier ainsi qu’à la maîtrise […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Le moment est propice pour renégocier vos contrats de chauffage

    Le moment est propice pour renégocier vos contrats de chauffage

    S’il fallait un prétexte pour se pencher sur les termes de vos contrats de chauffage, l’actualité vous en offre deux. D’une part la baisse de presque 50% en six mois du prix du pétrole et d’autre part la fin au 1er janvier des tarifs réglementés pour les professionnels et donc pour les copropriétés. Le moment est donc propice pour préparer la renégociation du contrat de chauffage de votre copropriété. La première étape consiste donc à décrypter votre contrat et à […]

    Lire plus →
  • Pouvoir d'achat Comptage : Garantissez votre projet rénovation énergétique

    Comptage : Garantissez votre projet rénovation énergétique

    Les différentes réglementations thermiques récentes en ont pris acte : les compteurs communicants sont une des briques essentielles de tout projet de maîtrise des consommations. Ainsi en est il par exemple de la RT 2012 qui exige la mesure et l’affichage dans les bâtiments neufs, des consommations liées aux différents usages de l’énergie (chauffage, eau chaude sanitaire, climatisation, ventilation, éclairage). De même la Loi de transition Energétique, actuellement en discussion au Sénat, reprend les fondamentaux inscrits dans La Directive Européenne d’Efficacité […]

    Lire plus →