11.09.2013 - Article
  • Législation
  • Environnement

Copropriétaires, garantissez vos travaux de rénovation énergétique.

En plus d’objectifs quantitatifs ambitieux (500 000 rénovations par an d’ici à 2017), le plan de rénovation énergétique de l’habitat poursuit aussi un objectif qualitatif : garantir que les travaux de rénovation qui seront réalisés soient de qualité et permettent de réaliser les économies d’énergie souhaitées.

Présenté le 21 mars par le président de la République et porté conjointement par le ministre de l’Égalité des territoires et du Logement et par le ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, ce plan de rénovation énergétique comporte une série d’engagements qui visent à professionnaliser la filière et à organiser la montée en compétence des entreprises et des artisans, de façon à permettre que des garanties soient apportées aux propriétaires qui engageront des travaux de rénovation énergétique.
Il y a un mois, une première étape a été franchie avec la signature par les deux Ministres, les professionnels du bâtiment et EDF, d’un nouveau partenariat FeeBat, qui permettra de poursuivre la formation des artisans et entreprises du bâtiment aux économies d’énergie et de former 11 000 personnes en 2013.
Depuis, un second volet a été mis en œuvre. Afin de s’assurer de la qualité des travaux réalisés et de stimuler la demande, le Gouvernement a fait le choix de conditionner l’aide publique (l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) et le crédit d’impôts développement durable) au recours à des professionnels se prévalent des labels, signes de qualité « Reconnu Grenelle de l’Environnement » (RGE).
Cette décision permettra aux ménages souhaitant réaliser des travaux d’être assurés de la qualité des prestations des professionnels certifiés RGE. Cette obligation, qui entrera en vigueur à compter du 1er juillet 2014, stimulera la demande d’entreprises de qualité et incitera les professionnels à suivre une formation spécifique pour obtenir la certification et monter en compétences.
7 500 entreprises bénéficient aujourd’hui de la qualité RGE. On estime qu’il faudra développer cette filière et faire grimper ce chiffre jusqu’à 30 000 pour que les professionnels soient en mesure de réaliser 500 000 rénovations par an. Avec les organismes de formation et de certification existants, il est possible d’atteindre plus de 18 000 entreprises RGE d’ici mi-2014.

 

Ainsi les engagements gouvernementaux en matière de rénovation énergétique des logements obéissent désormais à deux priorités : la première est de privilégier la rénovation des immeubles les plus énergivores, ainsi que celle des logements occupés par les ménages les plus défavorisés, dont notamment ceux identifiés comme étant en « précarité énergétique ». La deuxième vise légitimement à s’assurer que les financements publics permettront de garantir une performance énergétique.

Les entreprises qui se prévalent d’agir pour la performance énergétique des logements connaissent désormais leur priorité : se faire certifier « RGE » (Reconnue Grenelle de l’Environnement ») et maîtriser le « Contrat de Performance Energétique » (CPE) qui désormais à le vent en poupe.

Vous aimez cet article J’aime cet article
Retour au sommaire

En savoir plus sur les sujets abordés.

  • Législation
  • Environnement
18.12.2020 - Article

Mode de calcul des frais de chauffage dans une copropriété

Éliminons d’emblée le cas des immeubles collectifs chauffés individuellement, ainsi que l’ensemble des immeubles qui ne sont pas concernés par l’individualisation des frais de chauffage. Dans ce cas, chacun a souscrit un abonnement direct auprès du fournisseur de gaz ou de fioul de son choix (Gaz de France par exemple), et reçoit donc directement sa facture individuelle.
La sensibilisation sur la consommation se fait donc a postériori lorsque la facture exige un paiement… C’est souvent trop tard. 

  • Environnement
17.12.2020 - Article

Combien coûte votre production d’Eau Chaude Sanitaire (ECS) ?

En théorie, rien de plus facile de calculer ce que coûte la production d’un m3 d’eau chaude. Quelle est la quantité d’énergie nécessaire pour élever un litre d’eau d’un degré ? La réponse que tout élève de première connaît est qu’il faut 1,162 Wattheure. Pour chauffer un m3 d’eau de 15°C à 40°C (qui est la moyenne de la température de l’ECS), il faut donc en théorie dépenser 1,162 x28°Cx 1000 = 32,5 kWh. Soit ! Mais quel en est le coût ? C’est là que tout se complique !

  • Environnement
  • Pouvoir d'achat

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER

La version de votre navigateur internet est obsolète

Afin d'utiliser notre site sans problème, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur. Vous trouverez plus d'informations sur le site web de votre navigateur: Mozilla Firefox

La version de votre navigateur internet est obsolète

Afin d'utiliser notre site sans problème, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur. Vous trouverez plus d'informations sur le site web de votre navigateur: Microsoft Internet Explorer

* Champs obligatoires.