20.12.2016 - Article
  • Environnement

En janvier, la facture de gaz grimpera d’au moins 5%

Deux raisons à cela : la progression des tarifs réglementés d’Engie (dans le sillage de la remontée des cours du pétrole) et l’augmentation de la taxe carbone.

C’est une mauvaise nouvelle qui s’annonce pour le consommateur. Le 1er janvier, la facture du gaz augmentera de 5 %, voire un peu plus. Cette majoration est la conjugaison de deux hausses distinctes. D’une part, les tarifs réglementés d’Engie (ex-GDF Suez) progresseront de 2,3 % dans le sillage de la remontée des cours du pétrole sur lequel le gaz est en partie indexé. D’autre part, la taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel (TICGN), ou contribution climat énergie (taxe carbone), devrait augmenter de 3 %.

Cette taxe carbone a été adoptée en 2014 par l’actuel gouvernement et elle est entrée en vigueur en 2016. Elle est prélevée une fois par an le 1er janvier, et sa progression sera exponentielle les premières années.

Il reste maintenant à savoir comment les pouvoirs publics vont gérer cette brutale augmentation de la facture de gaz, toujours impopulaire aux yeux de l’opinion publique

Actuellement, quelque 6 millions de foyers sont concernés par l’augmentation des tarifs réglementés du gaz. Sur l’année 2016, les hausses et les baisses de ces prix administrés s’équilibrent globalement. Le début de l’année avait été marqué par plusieurs baisses consécutives, mais c’est le contraire qui s’est produit avec l’automne: en l’occurrence, les cours du pétrole sont repartis à la hausse – avec un baril au dessus de la barre des 50 dollars-, après une longue période d’atonie. Au 1er novembre, les prix réglementés du gaz ont ainsi grimpé de 1,59 %, avant un bond de 2,6 % au 1er décembre.

Avant la hausse programmée du 1er janvier, il reste maintenant à savoir comment les pouvoirs publics vont gérer cette brutale augmentation de la facture de gaz, toujours impopulaire aux yeux de l’opinion publique. Ces dernières années, le psychodrame a aussi été évité parce que les variations des prix du gaz étaient très limitées. À noter que 2016 est la quatrième année pleine où les prix réglementés du gaz font l’objet d’une révision mensuelle – et non plus trimestrielle comme auparavant -, de manière à mieux lisser les éventuels mouvements tarifaires.

Source : Lefigaro.fr par Frédéric De Monicault • Publié le 05/12/2016 à 21:28

Vous aimez cet article J’aime cet article
Retour au sommaire

En savoir plus sur les sujets abordés.

  • Environnement
18.12.2020 - Article

Mode de calcul des frais de chauffage dans une copropriété

Éliminons d’emblée le cas des immeubles collectifs chauffés individuellement, ainsi que l’ensemble des immeubles qui ne sont pas concernés par l’individualisation des frais de chauffage. Dans ce cas, chacun a souscrit un abonnement direct auprès du fournisseur de gaz ou de fioul de son choix (Gaz de France par exemple), et reçoit donc directement sa facture individuelle.
La sensibilisation sur la consommation se fait donc a postériori lorsque la facture exige un paiement… C’est souvent trop tard. 

  • Environnement
17.12.2020 - Article

Combien coûte votre production d’Eau Chaude Sanitaire (ECS) ?

En théorie, rien de plus facile de calculer ce que coûte la production d’un m3 d’eau chaude. Quelle est la quantité d’énergie nécessaire pour élever un litre d’eau d’un degré ? La réponse que tout élève de première connaît est qu’il faut 1,162 Wattheure. Pour chauffer un m3 d’eau de 15°C à 40°C (qui est la moyenne de la température de l’ECS), il faut donc en théorie dépenser 1,162 x28°Cx 1000 = 32,5 kWh. Soit ! Mais quel en est le coût ? C’est là que tout se complique !

  • Environnement
  • Pouvoir d'achat

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER

La version de votre navigateur internet est obsolète

Afin d'utiliser notre site sans problème, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur. Vous trouverez plus d'informations sur le site web de votre navigateur: Mozilla Firefox

La version de votre navigateur internet est obsolète

Afin d'utiliser notre site sans problème, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur. Vous trouverez plus d'informations sur le site web de votre navigateur: Microsoft Internet Explorer

* Champs obligatoires.