28.08.2018 - Article
  • Environnement

Énergie : comment aller vers des comportements plus sobres ?

La transition énergétique est à la fois une nécessité de politique nationale, une fantastique opportunité de création d’emplois durables, et une promesse d’amélioration du confort et du pouvoir d’achat de chacun… à la condition de devenir acteur de sa consommation.

En effet, comme le rappellent les experts européens, l’amélioration technique de l’efficacité énergétique des logements (meilleure isolation, dispositifs de ventilation, systèmes de chauffage performants, recours aux énergies renouvelables) ne contribuera que pour moitié à la baisse des consommations d’énergie et à celle des gaz à effet de serre. L’autre moitié ne peut donc venir que d’un meilleur usage par chacun des énergies.

L’évolution des comportements de consommation est donc une condition indispensable à la maîtrise individuelle de votre facture d’énergie, dont nous avons vu que les tarifs unitaires sont condamnés à augmenter fortement et rapidement.

S’il fallait encore s’en convaincre, deux faits mesurés en témoignent de façon éloquente.

La consommation réelle des logements de basse consommation

Le premier porte sur la consommation réelle des logements basse consommation. Véritable bouteille thermos parfaitement isolés, ils sont conçus pour que les consommations des cinq usages principaux de l’énergie ne dépassent pas 50 kWh/m2/an. Or on constate que les comportements de consommation habituels des occupants engendrent un doublement de ce seuil théorique.

Or on constate que les comportements de consommation habituels des occupants engendrent un doublement de ce seuil théorique.

Les bâtiments existants

Le deuxième se mesure sur les bâtiments existants. Comparons la consommation entre différents ménages, habitant dans des logements identiques d’un même immeuble.  Résultats : elle varie en moyenne de un à quatre avec des extrêmes de un à sept. Vous avez bien lu : de un à sept !
Il est urgent d’aller vers des comportements plus sobres.

 En copropriété comme dans l’habitat social, il paraît indispensable de permettre aux occupants de visualiser leurs consommations. Pour ce faire, il est nécessaire de disposer de repères par rapport aux standards ou par rapport aux consommations moyennes de leur immeuble. Le comptage individuel des énergies est essentiel, en plus d’être équitable. Mais disposer de compteur d’eau chaude individuel ou de répartiteur de frais de chauffage n’est qu’une première étape. Les web-services associés aux compteurs d’eau et répartiteurs de chauffage connectés sont indispensables pour atteindre les comportements les plus sobres et faire baisser le coût du chauffage collectif.

Suivi quotidien des consommations, alertes automatiques dès qu’une dérive apparaît, détection instantanée des fuites éventuelles, visualisation sur un portail web des écarts par rapport à un objectif mensuel de consommation ou par rapport à des standards, sont autant de services qui ont fait la preuve de leur efficacité pour réduire de 20 à 30% vos consommations sans altérer votre confort.

Avec les services de maitrise des consommations en copropriété et dans l’habitat social, nous avons tous la possibilité de devenir des acteurs de la transition énergétique.

GG

Vous aimez cet article J’aime cet article
Retour au sommaire

En savoir plus sur les sujets abordés.

  • Environnement
18.12.2020 - Article

Mode de calcul des frais de chauffage dans une copropriété

Éliminons d’emblée le cas des immeubles collectifs chauffés individuellement, ainsi que l’ensemble des immeubles qui ne sont pas concernés par l’individualisation des frais de chauffage. Dans ce cas, chacun a souscrit un abonnement direct auprès du fournisseur de gaz ou de fioul de son choix (Gaz de France par exemple), et reçoit donc directement sa facture individuelle.
La sensibilisation sur la consommation se fait donc a postériori lorsque la facture exige un paiement… C’est souvent trop tard. 

  • Environnement
17.12.2020 - Article

Combien coûte votre production d’Eau Chaude Sanitaire (ECS) ?

En théorie, rien de plus facile de calculer ce que coûte la production d’un m3 d’eau chaude. Quelle est la quantité d’énergie nécessaire pour élever un litre d’eau d’un degré ? La réponse que tout élève de première connaît est qu’il faut 1,162 Wattheure. Pour chauffer un m3 d’eau de 15°C à 40°C (qui est la moyenne de la température de l’ECS), il faut donc en théorie dépenser 1,162 x28°Cx 1000 = 32,5 kWh. Soit ! Mais quel en est le coût ? C’est là que tout se complique !

  • Environnement

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER

La version de votre navigateur internet est obsolète

Afin d'utiliser notre site sans problème, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur. Vous trouverez plus d'informations sur le site web de votre navigateur: Mozilla Firefox

La version de votre navigateur internet est obsolète

Afin d'utiliser notre site sans problème, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur. Vous trouverez plus d'informations sur le site web de votre navigateur: Microsoft Internet Explorer

* Champs obligatoires.