22.05.2012 - Article
  • Environnement

La qualification Grenelle de l’Environnement : quelles garanties ?

Dans le cadre du Grenelle de l’Environnement des objectifs ambitieux en matière de réduction des consommations énergétiques et des émissions de gaz à effet de serre ont été fixés. Par ailleurs d’importants dispositifs d’aides publiques ont été mis en place. Il est donc essentiel que les clients particuliers, copropriétés ou bailleurs sociaux,  puissent reconnaître la compétence des entreprises qu’ils solliciteront pour engager leurs travaux d’amélioration de l’efficacité énergétique. 

Dans cet esprit un label de qualité « Reconnaissance Grenelle de l’Environnement » a été créé.

Quel principe ? Quels partenaires ?

Les différents organismes qui délivrent actuellement des labels de qualité liés à l’efficacité énergétique (QUALIBAT, QUALIF’ELEC, QUALIF’EnR, ECO Artisan,…) ont accepté avec l’appui de l’ADEME de rehausser les exigences de leurs labels en incluant de nouvelles exigences communes, qui constituent dorénavant la base du label « Reconnaissance Grenelle de l’Environnement ». Ce label permettra à terme de définir un cadre réglementaire de référence, et notamment les conditions d’attributions de certaines aides, selon que les entreprises sélectionnées seront ou non labélisées. Les organismes fondateurs du label avec l’ADEME et le Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable, sont la DGALN, la DGEC, la CAPEB et la FFB. Cela s’est traduit par la signature d’une charte le 9 novembre 2011

Quel périmètre de travaux ?

L’objectif prioritaire a consisté à cibler les entreprises réalisant des travaux éligibles au Crédit d’impôt Développement Durable ou à l’Eco prêt à taux zéro. Les travaux concernés seront donc ceux d’amélioration de l’efficacité énergétique (fourniture et pose d’isolation, de menuiseries extérieures isolantes, d’installation de chauffage, de systèmes d’eau chaude sanitaire, de ventilation, etc…), et les travaux d’installation d’équipements utilisant une source d’énergie renouvelable (pompe à chaleur, photovoltaïque, solaire thermique, etc…)

Quels engagements pris par les signataires ?

De son côté l’Etat s’est engagé à mettre en place des dispositifs favorisant le recours aux entreprises titulaires du label « Grenelle de l’Environnement » (mécanisme d’éco-conditionnalités, campagne de promotion du label). En contrepartie, les signataires s’engagent à faire évoluer leurs labels existants de façon à inclure les nouvelles exigences, faire converger certaines composantes de leurs labels de façon à simplifier la compréhension des dispositifs, et en simplifier l’accès, et enfin inciter les entreprises à acquérir ce label.

S’il est évident que la rénovation énergétique complète d’un immeuble, dans le cadre d’un Contrat de Performance Energétique (CPE) sera mieux garantie par des entreprises titulaires du label « Grenelle de l’Environnement », il en sera de même pour l’installation individuelle de fenêtres à double vitrage ou d’un système de ventilation. Dorénavant pensez « Grenelle de l’Environnement ».

Vous aimez cet article J’aime cet article
Retour au sommaire

En savoir plus sur les sujets abordés.

  • Environnement
18.12.2020 - Article

Mode de calcul des frais de chauffage dans une copropriété

Éliminons d’emblée le cas des immeubles collectifs chauffés individuellement, ainsi que l’ensemble des immeubles qui ne sont pas concernés par l’individualisation des frais de chauffage. Dans ce cas, chacun a souscrit un abonnement direct auprès du fournisseur de gaz ou de fioul de son choix (Gaz de France par exemple), et reçoit donc directement sa facture individuelle.
La sensibilisation sur la consommation se fait donc a postériori lorsque la facture exige un paiement… C’est souvent trop tard. 

  • Environnement
17.12.2020 - Article

Combien coûte votre production d’Eau Chaude Sanitaire (ECS) ?

En théorie, rien de plus facile de calculer ce que coûte la production d’un m3 d’eau chaude. Quelle est la quantité d’énergie nécessaire pour élever un litre d’eau d’un degré ? La réponse que tout élève de première connaît est qu’il faut 1,162 Wattheure. Pour chauffer un m3 d’eau de 15°C à 40°C (qui est la moyenne de la température de l’ECS), il faut donc en théorie dépenser 1,162 x28°Cx 1000 = 32,5 kWh. Soit ! Mais quel en est le coût ? C’est là que tout se complique !

  • Environnement
  • Pouvoir d'achat

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER

La version de votre navigateur internet est obsolète

Afin d'utiliser notre site sans problème, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur. Vous trouverez plus d'informations sur le site web de votre navigateur: Mozilla Firefox

La version de votre navigateur internet est obsolète

Afin d'utiliser notre site sans problème, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur. Vous trouverez plus d'informations sur le site web de votre navigateur: Microsoft Internet Explorer

* Champs obligatoires.