28.05.2012 - Article
  • Législation
  • Environnement

Une mention « RGE » pour les travaux d’économie d’énergie

La rénovation énergétique des bâtiments est une nécessité à plus d’un titre : réduire sa facture énergétique d’abord, préserver les ressources naturelles dont on sait qu’elles ne sont pas inépuisables (gaz, pétrole,…), réduire les émissions de gaz à effet de serre dont plus de 25% viennent des bâtiments existants.

Comment garantir la maitrise des énergies

Face à cet enjeu qui va mobiliser bon nombre de professionnels, le gestionnaire d’immeuble, qu’il soit syndic de copropriété ou bailleur social, a besoin de pouvoir faire confiance aux entreprises qu’elle aura choisies. Le contrat de performance énergétique est un nouvel “animal” contractuel qui vise à garantir la bonne fin des interfaces entre deux corps d’états du bâtiment. Il restait a inciter les entreprises et artisans du bâtiment à se former aux nouvelles exigences de la performance énergétique, de façon à pouvoir réaliser des travaux conformes aux nouvelles réglementations énergétiques au moindre coût. C’est chose faite avec la création d’un nouveau label “Reconnu Grenelle Environnement”.

Une démarche conjointe des acteurs de la construction et de l’environnement

L’Ademe et le Ministère du Développement Durable ont mis en place, le mercredi 9 novembre 2011, la mention « Reconnu Grenelle Environnement ». Celle-ci constitue un gage de qualité et de respect d’une série de normes en terme de performance énergétique. Elle permet aussi d’identifier plus clairement la qualité des installations concernant des travaux d’économie d’énergie et des équipements utilisant des énergies renouvelables.
L’Etat, les Fédérations d’entreprises et artisans du bâtiment et trois organismes de qualification du bâtiment et des énergies renouvelables ont signé, le 9 novembre 2011, une charte d’engagement, et lancé la mention « Reconnu Grenelle Environnement ».  Elle concerne les prestataires de travaux soit d’efficacité énergétique, soit d’installation d’équipements de production d’énergie renouvelable.

Un gage de qualité reconnu

Les cinq labels et marques, considérés par les pouvoirs publics comme témoin de la qualification des entreprises et mis en avant à l’occasion de cette campagne, sont : Qualibat, Qualifélec, Qualit’ENR, Eco Artisan (Capeb) et les Pros de la performance énergétique (FFB). Ils permettent désormais aux particuliers de repérer plus facilement les entreprises apportant la confiance nécessaire pour réaliser des travaux d’économie d’énergie.La mention est attribuée pour une période de deux ans reconductible.
Selon Qualibat, quelque 32.200 entreprises répondent déjà aux critères pour la mention « Reconnu Grenelle ».

Les  professionnels s’engagent. La valeur verte menace les patrimoines qui n’auront pas engagé de travaux d’efficacité énergétique. Les mécanismes de financement se mettent en place. C’est maintenant qu’il faut engager vos rénovations énergétiques et exiger l’application du décret sur l’individualisation des charges de chauffage dans votre immeuble.

Vous aimez cet article J’aime cet article
Retour au sommaire

En savoir plus sur les sujets abordés.

  • Législation
  • Environnement
18.12.2020 - Article

Mode de calcul des frais de chauffage dans une copropriété

Éliminons d’emblée le cas des immeubles collectifs chauffés individuellement, ainsi que l’ensemble des immeubles qui ne sont pas concernés par l’individualisation des frais de chauffage. Dans ce cas, chacun a souscrit un abonnement direct auprès du fournisseur de gaz ou de fioul de son choix (Gaz de France par exemple), et reçoit donc directement sa facture individuelle.
La sensibilisation sur la consommation se fait donc a postériori lorsque la facture exige un paiement… C’est souvent trop tard. 

  • Environnement
17.12.2020 - Article

Combien coûte votre production d’Eau Chaude Sanitaire (ECS) ?

En théorie, rien de plus facile de calculer ce que coûte la production d’un m3 d’eau chaude. Quelle est la quantité d’énergie nécessaire pour élever un litre d’eau d’un degré ? La réponse que tout élève de première connaît est qu’il faut 1,162 Wattheure. Pour chauffer un m3 d’eau de 15°C à 40°C (qui est la moyenne de la température de l’ECS), il faut donc en théorie dépenser 1,162 x28°Cx 1000 = 32,5 kWh. Soit ! Mais quel en est le coût ? C’est là que tout se complique !

  • Environnement
  • Pouvoir d'achat

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER

La version de votre navigateur internet est obsolète

Afin d'utiliser notre site sans problème, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur. Vous trouverez plus d'informations sur le site web de votre navigateur: Mozilla Firefox

La version de votre navigateur internet est obsolète

Afin d'utiliser notre site sans problème, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur. Vous trouverez plus d'informations sur le site web de votre navigateur: Microsoft Internet Explorer

* Champs obligatoires.