08.01.2013 - Article
  • Écogestes

2013 : année de naissance des smart buildings

Le Gouvernement a engagé la France sur la voie de la transition énergétique. Les experts sont au travail sur différents scénarii, et les Groupes de réflexions doivent permettre à l’Etat français de fixer une ligne directrice d’ici la fin du printemps 2013. 

Ce cap tiendra compte de deux objectifs déjà annoncés : plus de 20% d’énergies renouvelables en 2020, et baisse du nucléaire dans le mix énergétique français.

La conséquence inéluctable de cette orientation stratégique est la naissance des smart buildings ou immeubles intelligents, équipés des capteurs et compteurs communicants qui apporteront maîtrise des énergies, confort et sécurité à leurs occupants. Pourquoi ?

La décision européenne que le mix énergétique se diversifie au point qu’en 2020 plus de 20% de l’énergie provienne des énergies renouvelables a des conséquences inéluctables sur la naissance des smart buildings. En effet ces EnR sont imprévisibles. L’éolien produit quand il y a du vent, le photovoltaïque quand il y a du soleil, mais pas forcément quand la demande en a besoin. Pour éviter que les réseaux électriques européens soient surchargés, il est nécessaire de pouvoir procéder à des arbitrages et de déconnecter provisoirement  certaines productions diffuses. Pour arbitrer il est nécessaire de prévoir, d’anticiper et donc de connaître la demande. C’est pourquoi les réseaux deviennent intelligents (smart grids) et exigent de pouvoir connaître la demande en temps réel. Ils ont donc besoin que les bâtiments deviennent eux même intelligents et leurs envoient des informations. Le smart building est né : nous sommes en 2013 !

Les smart building au service du consommateur

Les bâtiments intelligents sont équipés de capteurs d’informations, encore appelés smart sensors et smart meters. Les compteurs communicants ne sont rien d’autre que des passerelles d’informations bi directionnelles, qui permettent d’envoyer des données au réseau mais aussi de permettre que le consommateur reçoive des informations utiles pour optimiser sa consommation.  Ces nouveaux équipements peuvent à la fois permettre au consommateur de réaliser des économies, mais aussi d’accroitre son confort,  sa sécurité et de lui simplifier la vie… Comment ?

Des économies d’énergie parce qu’il va recevoir désormais mensuellement sur ses écrans les caractéristiques de sa consommation, les écarts par rapport à son historique ou à son objectif de budget. Il pourra s’il le souhaite recevoir des messages d’alertes en cas d’anomalie. Mais bientôt il aura aussi besoin d’être informé des variations tarifaires selon les périodes de la journée, et pour être certain d’en profiter, il se simplifiera la vie en installant des automatismes destinés à shunter des consommations d’énergie superflues aux heures de pointe dont les tarifs seront plus élevés.

Du confort ensuite, parce que ces automatismes vont progressivement gérer pour lui, selon des scénarii pré enregistrés, la mise en marche ou la coupure de ses équipements électriques ou thermiques (on parle déjà de contrats d’effacement qui permettent que les producteurs d’énergie ne soient pas contraints de mettre en route des centrales à charbon pour faire face aux pointes). Ainsi par exemple, les robinets thermostatiques automatisés pourront être connectés également à cette passerelle, elle-même en liaison avec une station météo placée sur le toit de l’immeuble. Le chauffage sera ainsi régulable automatiquement en fonction de la température extérieure. Bien évidemment ce même smart-consommateur, grâce à la passerelle smart meter, pourra mettre en route à distance depuis son iPhone la chaudière de son appartement qu’il avait baissée avant de partir en vacances.

Sécurité enfin, car la vidéo surveillance des logements et des parties communes, ou encore les bracelets d’alerte pour personnes dépendantes profiteront des mêmes réseaux communicants. Tout visiteur pendant l’absence des occupants sera détecté par le visiophone automatisé qui enverra l’information sur l’iPhone du propriétaire…

Le smart building est indispensable pour que le parc immobilier existant fasse baisser sa consommation d’énergie de 20% avant 2020 ! On retiendra que 2013 sera son année de naissance.

Vous aimez cet article J’aime cet article
Retour au sommaire

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER

La version de votre navigateur internet est obsolète

Afin d'utiliser notre site sans problème, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur. Vous trouverez plus d'informations sur le site web de votre navigateur: Mozilla Firefox

La version de votre navigateur internet est obsolète

Afin d'utiliser notre site sans problème, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur. Vous trouverez plus d'informations sur le site web de votre navigateur: Microsoft Internet Explorer

* Champs obligatoires.