- Article

Transition énergétique, amortir le coût de l’énergie? (2/5)

Topics: Pouvoir d'achat

Pour comprendre les enjeux économiques et sociaux de la transition énergétique, il vous faut d’abord examiner en détail votre facture d’électricité (ou de gaz). Elle est relativement explicite et transparente grâce à une décomposition en trois rubriques : tout d’abord votre consommation (estimée ou relevée), ensuite le coût de votre abonnement qui dépend de la puissance électrique que vous avez souscrite et enfin les taxes et contributions.  

C’est l’occasion d’ailleurs de vous poser la question du bon calibrage de votre « puissance souscrite » car passer de 6 KVA à 12 KVA à cause de pics de consommations à certains moments de la journée n’est pas neutre sur votre facture.

Pour un abonnement de 6 KVA, le plus courant pour les particuliers, la répartition est en moyenne la suivante : consommation 70%, abonnement 10% et enfin taxes diverses 20%.  A ce total, s’ajoutera la TVA.

Les tendances prochaines d’évolution de votre facture se comprennent aisément. Si vous connaissez le niveau des prix unitaires des kWh qui vous sont facturés et le contenu des différentes composantes de votre facture.

Pour commencer vous noterez que le kWh vous est facturé environ 0,087 €.  Ce prix est censé couvrir les coûts de production augmentés des coûts de transport, de l’électricité dans les réseaux haute tension gérés par RTE.  Notez à ce stade que le coût de production d’électricité d’origine nucléaire est estimée aujourd’hui à moins de 65 € / MWh quand l’électricité provenant d’une centrale à charbon coûte plus de 100 €/ MWH et que celle d’origine renouvelable (éolien ou solaire) est encore au dessus de 120 € / MWh.  Le mix énergétique français, composé à 75% d’énergie nucléaire permet donc de maintenir des tarifs plus avantageux que ceux de nos voisins européens. Le mix énergétique français, production plus transport, vous est ainsi facturé 87 €/ MWh.

L’abonnement, comme on l’a vu dépend de la puissance souscrite et le passage de 6kVA à 12 KVA représente une augmentation de 3 à 5% du montant total de votre facture. A surveiller quand même !

Et les taxes diverses ou contributions ? Que couvrent-elles ? Votre facture fait apparaître trois taxes : TCFE, CTA., CSPE

La Taxe sur la Contribution Finale d’Électricité (TCFE) est la part qui revient aux communes ou syndicats locaux d’électricité, chargés de gérer le réseau final d’acheminement. Cette taxe dépend de votre puissance souscrite à laquelle s’applique un coefficient multiplicateur voté par votre commune. Elle est plafonnée actuellement à 9,315 € /MWh, et représente environ 1/3 du total des contributions et taxes.  La bonne gestion de ce réseau final est donc essentielle. On verra que la question de la gouvernance de la distribution d’énergie est amenée à évoluer et à intégrer davantage le consommateur final.

La Contribution Tarifaire d’Acheminement (CTA), comme son nom ne l’indique pas explicitement, est une contribution destinée à financer les droits spécifiques relatifs à l’assurance vieillesse des personnels de notre fournisseur d’énergie principal. Elle représente forfaitairement 27% des coûts d’acheminement de l’électricité, d’où son nom. Si ces coûts d’acheminement augmentent (ce qui est inéluctable comme on le verra, la CTA augmentera). Est ce normal ?

Penchons nous sur la fameuse Contribution au Service Public d’Électricité (CSPE). C’est elle qui permet à la fois d’assurer une homogénéité tarifaire quel que soit le village de France où nous vivons (notamment les DOM-TOM), de financer les efforts faits pour développer les énergies renouvelables et enfin de réduire la précarité énergétique. Ceci en alimentant des fonds sociaux tels que notamment le FSE (Fonds solidarité Energie), qui permettent d’appliquer aux plus démunis un tarif social.

Pour notre facture de gaz, un dispositif équivalent apparaît sous forme de la CTSS (contribution au tarif social). Une contribution aux bio-méthane (ou gaz d’origine renouvelable) apparaît également.

Ce rapide regard sur votre facture d’électricité (ou de gaz) vous permet d’entrevoir les risques et les enjeux de la transition énergétique. En maîtrisant notre « efficacité énergétique », c’est à dire notre consommation à confort et activité égale, nous maîtrisons 70% de notre facture d’électricité ou de gaz : c’est donc important de devenir un « consom’acteur ». Le développement des énergies renouvelables dans le mix énergétique contribuera inéluctablement à l’augmentation du prix du kWh à double titre (coût de production plus élevé et modernisation des réseaux de transport). Enfin le coût du nucléaire est condamné à augmenter, pour amortir d’une part les investissements exigés pour améliorer la sûreté nucléaire, et d’autre part ceux permettant de prolonger la durée de vie des centrales actuelles, dont l’arrêt éventuel ne serait envisageable qu’au terme de cette transition énergétique.

L’augmentation du prix de l’énergie est inéluctable d’ici 2020, aussi est-il donc plus que jamais indispensable de devenir un consom’acteur pour améliorer notre efficacité énergétique et maîtriser notre pouvoir d’achat.

 

(Sources : experts du débat sur la Transition Énergétique)

Prochain article : La Transition Énergétique : les tendances tarifaires prévisibles

Newsletter

Stay on top of the latest news on our products and services. Receive exclusive information about the energy sector and housing industry.

Press contact:

Teaser Image
Comment faire des économies dans son logement ?

7 gestes simples pour économiser l'eau et le chauffage

En savoir plus

Partager cet article

Get deeper in this topic
All our topics