- Article

Une nouvelle révolution économique est en marche

Topics: Législation, Pouvoir d'achat

L’humanité a déjà connu deux révolutions économiques. La première, au dix-neuvième siècle a permis de passer d’une société purement agraire à une société industrielle et commerciale. Deux inventions clés en sont la source : la vapeur (énergie) et le chemin de fer (communication). 

La deuxième révolution économique, au vingtième siècle, a permis le boom industriel et commercial qui a entraîné la mondialisation de nos économies. Encore une fois cette révolution a été possible grâce à la conjonction d’innovations liées au domaine de l’énergie (électricité puis pétrole), et de nouvelles inventions utilisant ces énergies (voiture, machines outils).

La conjonction d’innovations touchant les secteurs de l’Energie d’une part, et de la Communication d’autre part, ont toujours été essentiels pour favoriser le développement d’une nouvelle ère économique.

Qu’observons nous aujourd’hui, en 2012 ?

Sur le plan de l’énergie, nul ne conteste plus que l’humanité soit entrée dans une ère post-carbone. Compte tenu de la croissance démographique, et du réveil des pays émergents, le ratio « baril de pétrole extrait / nombre d’habitants » ne cesse de décroître depuis 1979. C’est le fameux « pic-oil mondial par habitant ». Le réchauffement climatique qui dérègle la planète Terre, a par ailleurs conduit en 2008 à des hausses vertigineuses du prix des matières premières (soja, blé, riz, etc…). Le baril de pétrole a atteint alors 147 $. Ces électrochocs ont conduit tous les Etats à engager des politiques irréversibles, malheureusement plus ou moins déterminées, de développement des énergies renouvelables et d’efficacité énergétique. Deux secteurs de l’économie sont priorisés : l’immobilier qui, dans le Monde, représente 44% de la consommation d’énergie, et le transport.

Les réglementations changent donc. Concernant l’immobilier français, la RT 2012 qui fixe un niveau maximal de consommation de 50kWh/m2/an(*) pour les fameux cinq usages de l’énergie, est un premier pas vers la RT 2020 qui imposera les immeubles BEPOS (Bâtiment à Energie Positive), lesquels seront donc tous producteur d’énergie renouvelable (Photovoltaïque, biomasse, éolienne, ….). Ils seront par ailleurs équipés de systèmes de stockage de l’énergie, permettant d’une part de recharger les voitures électriques aux meilleurs tarifs et d’autre part d’alimenter le réseau avec des énergies produites aux moments les plus économes. Plus que 7 ans, autant dire que 2020 c’est après demain !

(*) voir texte RT 2012

La Directive européenne sur l’efficacité énergétique (DEEE) est plus complète. Elle exige également le développement de réseaux de chaleur basés sur la production d’énergie biomasse. L’Europe s’est ainsi engagée vers le 3×20 à l’horizon 2020 : 20% de consommation énergétique en moins, 20% d’énergie renouvelable, 20% de diminution de GES.

La France, pourtant pays agricole, a accumulé un retard important dans le domaine de la cogénération.  Pour seulement rattraper l’Allemagne, elle doit créer d’ici 2020, plus de 1500 unités de méthanisation qui produiront de l’énergie (chaleur + électricité) à partir des déchets carbonés (agriculture, industries agro-alimentaires, déchets de table, etc….). Un décret sur les bio-déchets est par ailleurs actuellement en préparation, dans le cadre de la Loi sur la Transition Energétique qui sera votée à l’automne. Il va accélérer cette révolution : toutes les activités industrielles, commerciales ou tertiaires qui produiront plus de 10 tonnes/ an de bio-déchets devront, à terme, en garantir la valorisation énergétique, et si possible sur place, donc sans transport.

La composante « énergie » d’une révolution économique apparaît

Le passage d’une énergie carbonée à des énergies renouvelables serait donc une révolution ? Vous n’y êtes pas !

Bien sûr, c’est un changement majeur qui permettra peut être de reprendre en main le dérèglement climatique, mais la véritable révolution est toute autre : En 2050, plus de 60% de la production d’énergie mondiale sera d’origine renouvelable (solaire, éolien, géothermique, biomasse, énergie des vagues et des courants,..). En 2050, nos sociétés seront passées d’une ère où la production d’énergie était centralisée à une ère où la production sera diffuse, parcellisée. Imaginez : chaque immeuble sera en même temps producteur et consommateur d’énergie. EDF et GDF ne seront plus en situation de quasi monopole de production d’électricité ou de gaz, ils seront même minoritaires. Utopie ? Non ! Simple déroulement d’une stratégie de transition énergétique.

Leur savoir faire et leur valeur ajoutée seront recentrés sur la gestion des réseaux de distribution d’énergie (les fameux smart grids), et l’optimisation de la circulation de toutes ces énergies diffuses que chacun d’entre vous aura produit. Votre immeuble interconnecté (smart building) vendra de l’énergie à ces mastodontes industriels. La première composante d’une révolution économique est donc en place. Quel rôle y jouer ?

Dans le prochain article : « la composante communication  d’une révolution économique est déjà parmi nous »

 

 

Newsletter

Stay on top of the latest news on our products and services. Receive exclusive information about the energy sector and housing industry.

Press contact:

Teaser Image
Comment faire des économies dans son logement ?

7 gestes simples pour économiser l'eau et le chauffage

En savoir plus

Partager cet article

Get deeper in this topic
All our topics